Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BRETÉCHER CLAIRE (1940-2020)

Claire Bretécher - crédits : Alain Benainous/ Gamma-Rapho

Claire Bretécher

Dans un monde dominé par les créateurs masculins, Claire Bretécher dessine d’abord pour la presse jeunesse et participe à partir des années 1960 à ses transformations majeures. Elle introduit des personnages comiques, surtout féminins, totalement inédits, loin des habituels héros de papier faire-valoir de la virilité.

Claire Bretécher naît à Nantes le 17 avril 1940 dans un milieu bourgeois et catholique. Son éducation est confiée à un établissement des Ursulines de Jésus, une source d’amusement pour l’adolescente. Elle lit et copie les histoires illustrées de Cœurs Vaillants, Lisette, La Semaine de Suzetteavant de créer très tôt ses propres récits. Son goût pour le dessin la conduit à l’École supérieure des beaux-arts de Nantes, étape suivie d’une brève période d’enseignement. Elle part pour Paris où elle place des dessins et quelques récits dès les années 1960 dans la presse franco-belge pour la jeunesse (Record, Tintin, Spirou). Pour Tintin, elle propose quelques gags (1965-1966). L’album Décollage délicat (Glénat, 2006) a regroupé divers récits de cette première période dont « Baratine et Molgaga » (Record, 1968-1975), « Les Gnangnan » (Spirou, 1967-1970), puis des récits où la parodie domine comme « Robin des foies » (Spirou, 1969-1971), autant d’antihéros ridicules qui sont sa signature. Elle illustre « Le Facteur Rhésus » (L’Os à moelle, 1963 et 1964) de Goscinny puis « Les Naufragés » (Spirou, 1968-1971) de Raoul Cauvin.

Avec « Cellulite », publié dans Pilote en 1969, Claire Bretécher introduit un personnage de princesse, véritable contre-pied des conduites féminines habituelles. Seule femme dans le magazine dirigé par Goscinny, elle réussit à imposer ses histoires où domine le ridicule au féminin, bientôt reprises en albums chez Dargaud (Les États d’âme de Cellulite, 1972 ; Les Angoisses de Cellulite, 1974). Puis, avec Salades de saison (1973), apparaissent des récits en planches et un graphisme plus stylisé. Ses débuts sont inspirés par le minimalisme efficace de dessins humoristiques des Américains Brant Parker et Johnny Hart (B.C. et The Wizard of Id, de 1964 à 1997). Autre influence déterminante, celle de Jules Feiffer, dessinateur new-yorkais illustrant les travers des intellectuels américains au Village Voice.

Tentée par l’aventure de L’Écho des savanes avec Marcel Gotlib et Nikita Mandryka en 1972, elle y donne Le Cordon infernal(1973), une fantaisie qui se retrouve sous une forme encore plus débridée la même année avec « Les Amours écologiques du Bolot occidental » dans le mensuel Le Sauvage (album autoédité en 1977).

En 1973, elle est invitée par Le Nouvel Observateur à donner une image moqueuse de la rédaction de l’hebdomadaire. Elle laisse alors libre cours à une critique imparable des contradictions dans lesquelles se débat un microcosme de citadins aisés des années 1970 : « Ce sont des gens qui pensent à gauche et qui vivent à droite ! » répète-t-elle à différents interviewers. Se gardant de tout militantisme, elle dresse le tableau sans complaisance de changements culturels majeurs : le droit à l’avortement, l’adoption gay, les rapports hommes-femmes. L’hebdomadaire sociopolitique de gauche pré-publiera ses planches pendant plusieurs décennies. Entre 1975 et 1980, cinq albums, traduits dans de nombreux pays, seront édités par ses soins, faisant d’elle une pionnière de l’autoédition.

En 1976, elle est déclarée « meilleur sociologue de l’année » par Roland Barthes, formule qu’elle réfute, mais qui rejoint les jugements élogieux d’autres intellectuels, d’Umberto Eco à Pierre Bourdieu. Réputée discrète, elle apporte une contribution considérable au neuvièmeart.

Poursuivant son activité d’autoédition, divers albums interrogent les croyances religieuses (La Vie passionnée de Thérèse d’Avila[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Nelly FEUERHAHN. BRETÉCHER CLAIRE (1940-2020) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le

Média

Claire Bretécher - crédits : Alain Benainous/ Gamma-Rapho

Claire Bretécher

Autres références

  • BANDE DESSINÉE

    • Écrit par
    • 22 913 mots
    • 15 médias
    Claire Bretécher (1940-2020) se moque de ce que l’on appellera plus tard la « gauche caviar » dans Les Frustrés (1973). F’murr (Richard Peyzaret, 1946-2018) joue avec l’absurde dans Le Génie des alpages (1973), tribulations d’un troupeau de brebis « philosophiantes ». René Pétillon...