POSSIBILISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au sein de ce qui allait s'appeler le Parti ouvrier français, fondé en 1879, s'est formée une tendance opposée à l'orientation marxiste prônée par Jules Guesde et Paul Lafargue. Conduits par Paul Brousse, Jean Allemane et Jules Joffrin, ses membres décident de se séparer des guesdistes lors du congrès de Saint-Étienne (1882) et créent la Fédération des travailleurs socialistes de France. Ils affirment la nécessité de « fractionner le but idéal en plusieurs étapes sérieuses, [d']immédiatiser en quelque sorte quelques-unes de [leurs] revendications pour les rendre enfin possibles » (P. Brousse, 1881), d'où le nom de « possibilistes » qui leur fut donné. Leur programme fait une place importante à la conquête des institutions, particulièrement des municipalités ; Brousse généralise cette stratégie en l'étendant aux monopoles économiques, transformés en services publics (La Propriété collective et les services publics, Paris, 1883). Les possibilistes envisagent sur le plan tactique des alliances temporaires avec les républicains radicaux. Ils sont par ailleurs très attentifs aux questions syndicales.

Après la scission de 1882, ils représentent le courant socialiste dominant à Paris, où ils tiennent la Bourse du travail, et dans les Ardennes. Ailleurs, leur implantation est très inégale. Mais en 1890, la Fédération voit son audience décliner, et la question de l'alliance avec les radicaux, réalisée dans la lutte contre le boulangisme, fait apparaître de graves divergences. Entre ceux qui, tel Brousse, privilégient le but immédiat (et sont donc pour la poursuite de la collaboration avec les radicaux), et ceux qui, comme Allemane, mettent l'accent sur le but final, le fossé s'est peu à peu creusé. Après le congrès de Châtellerault de 1891, la tendance Allemane forme le Parti socialiste ouvrier révolutionnaire, qui s'affirme antiparlementaire, fédéraliste et révolutionnaire, mais dont le développement sera limité par l'apparition de l'anarcho-syndicalisme. Dans l'histoire du mouvement socialiste français, le possibilisme apparaît comme une variante de l'option transformiste ou évolutionniste, que l'on retrouvera au sein de la S.F.I.O.

—  Paul CLAUDEL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  POSSIBILISME  » est également traité dans :

RÉFORMISME

  • Écrit par 
  • Jacques JULLIARD
  •  • 3 003 mots

Dans le chapitre « Les terrains d'élection »  : […] Pourtant, en dépit des apparences, le réformisme n'a cessé de gagner du terrain au sein du mouvement socialiste . En France, les socialistes modérés groupés autour de Paul Brousse veulent « fractionner le but idéal en plusieurs étapes sérieuses, immédiatiser en quelque sorte quelques-unes de [leurs] revendications pour les rendre enfin possibles  » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reformisme/#i_26820

S.F.I.O. (Section française de l'Internationale ouvrière)

  • Écrit par 
  • François BROUSSE, 
  • Universalis
  •  • 1 499 mots

Après la défaite de la Commune, le mouvement ouvrier français est réduit au silence pendant plusieurs années, puis, à partir de 1876, se tiennent des congrès ouvriers regroupant des délégués de syndicats et de coopératives, auxquels se joignent bientôt des représentants des groupes d'études socialistes animés notamment par Jules Guesde. Sous l'impulsion de ces derniers, le Congrès ouvrier de Marse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/section-francaise-de-l-internationale-ouvriere/#i_26820

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 385 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « La « question sociale », l'« apaisement » et l'alliance russe (1890-1898) »  : […] Le boulangisme avait révélé le trouble profond du pays, né des inquiétudes nationales et du malaise social. La France se sentait isolée devant la menace allemande. Désormais, la droite reprendra à son compte un nationalisme dont le soutien à l'armée et aux entreprises coloniales sont les thèmes majeurs. Le boulangisme a été, à sa façon, un « pré-socialisme ». Après lui, le socialisme révèle sa pui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_26820

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « POSSIBILISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/possibilisme/