POMPÉIENNE (peinture)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les quatre styles pompéiens

Le corpus pompéien a fait l’objet, à la fin du xixe siècle, d’une entreprise de classification qui constitue encore une grille de lecture importante pour nombre de vestiges peints du monde romain. Il s’agit des quatre styles pompéiens définis par August Mau (1840-1909). L’archéologue allemand a identifié quatre grandes tendances qui se succèdent dans le temps, en dépit de phases de transition plus ou moins longues et de jeux d’imitation.

Le premier style (200-80 av. J.-C. environ)

Le premier style est en réalité une variante régionale de ce que l’on appelle le « style structural » grec, un type de représentation imitant des parois réelles, le plus souvent monumentales. Ce style s’est diffusé dans tout le monde grec et a dû arriver dans les cités du Vésuve en passant par les colonies grecques du sud de l’Italie. Au-dessus d’un soubassement, le bas de la paroi est occupé par une assise d’orthostates, ces blocs de grand appareil qui montrent en parement leur plus grande face. Ils sont surmontés d’assises régulières de blocs plus petits. Ces zones de la paroi, traitées en léger relief, sont caractérisées en Campanie par une vive polychromie, différentes nuances de rouge, vert et jaune côtoyant de chatoyantes imitations de marbre. Le tout est couronné par un entablement fictif, comportant notamment des corniches en stuc, le plus souvent non peintes et beaucoup plus saillantes que le reste de la paroi. Dans certains cas, la monumentalité de ces parois fictives est renforcée par le développement, en partie haute, de colonnades, en forte saillie voire complètement indépendantes de la paroi, comme dans le vestibule de la maison du Faune à Pompéi. Cette dernière, ainsi que la maison de Salluste (Pompéi) ou la maison Samnite (Herculanum) constituent de précieux témoignages de programmes décoratifs en premier style. Certains propriétaires attestent en effet de la volonté de conserver ces décors anciens, en dépit des rénovations et restructurations qui touchent les maisons to [...]

Maison Samnite, Herculanum

Photographie : Maison Samnite, Herculanum

Photographie

À partir du IIIe siècle avant J.-C. apparaît un premier un style de peinture imitant un appareil de blocs polychromes à caractère le plus souvent monumental. Venu du monde grec, il s'est sans doute diffusé dans les cités du Vésuve à partir des colonies grecques du sud de l'Italie.... 

Crédits : Nick Rule/Alamy Stock Photo/Hemis

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Stèle de Sens

Stèle de Sens
Crédits : Alix Barbet

photographie

Maison Samnite, Herculanum

Maison Samnite, Herculanum
Crédits : Nick Rule/Alamy Stock Photo/Hemis

photographie

Peinture en trompe-l’œil, Boscoreale

Peinture en trompe-l’œil, Boscoreale
Crédits : Raffaello Bencini/ Bridgeman Images

photographie

Villa des Mystères, Pompéi

Villa des Mystères, Pompéi
Crédits : Puffin11k/ Flickr ; CC0

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : enseignante-chercheuse en histoire de l'art et archéologie du monde romain, maître de conférences, université de Poitiers

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Mathilde CARRIVE, « POMPÉIENNE (peinture) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pompeienne-peinture/