POLAROGRAPHIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Applications

En chimie inorganique, la polarographie est une méthode de choix pour le dosage des faibles quantités. Elle est utilisée pour l'analyse de minerais, d'alliages, des eaux. Certains corps non électroactifs peuvent être dosés. Par exemple, pour doser les ions sulfate SO42−, on peut les précipiter à l'état de sulfate de plomb PbSO4, puis redissoudre le précipité en milieu acétate et doser le plomb par polarographie.

En chimie organique, on opère souvent non plus en solution aqueuse, mais dans des solvants organiques ou des mélanges eau-solvant. La polarographie sert ainsi au dosage des aldéhydes, des cétones, des dérivés nitrés aliphatiques et aromatiques, des azoïques, de certaines vitamines, des stéroïdes. En biologie, des dispositifs spéciaux permettent d'effectuer des dosages sur quelques gouttes de solution.

De nombreuses études ont été entreprises au cours des années soixante pour accroître la sensibilité et la sélectivité de la polarographie. Avec le développement de l'électronique, on a vu apparaître des méthodes utilisant un appareillage beaucoup plus complexe que la polarographie classique, comme la voltampérométrie cyclique et la polarographie à tension surimposée, développée ci-dessous.

Polarographie à tension surimposée (tension sinusoïdale, tension carrée, impulsions)

Il existe toute une série de méthodes dans lesquelles à une tension continue entre l'électrode à gouttes de mercure et l'électrode de référence, tension qui varie lentement de manière à balayer le domaine de potentiel intéressant, on superpose – à chaque goutte, dont la durée de vie est de quelques secondes – une tension de faible amplitude qui peut être une tension sinusoïdale, une tension carrée ou encore une impulsion de tension. La méthode la plus importante est la polarographie à impulsions. La figure représente la programmation du potentiel sur plusieurs gouttes : à un instant déterminé de la vie de la goutte on applique une impulsion de tension d'une durée de 5 à 100 milli-secon [...]

Programmation de potentiel sur gouttes

Dessin : Programmation de potentiel sur gouttes

Dessin

Programmation de potentiel sur plusieurs gouttes en polarographie différentielle à impulsions d'amplitude constante. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Courbes intensité-potentiel

Courbes intensité-potentiel
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Électrodes à gouttes de mercure

Électrodes à gouttes de mercure
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Variation du courant de diffusion

Variation du courant de diffusion
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Polarogramme

Polarogramme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès sciences, professeur à l'École supérieure de physique et de chimie industrielles, Paris, ingénieur, École supérieure de physique et de chimie industrielles

Classification

Autres références

«  POLAROGRAPHIE  » est également traité dans :

ANALYTIQUE CHIMIE

  • Écrit par 
  • Alain BERTHOD, 
  • Jérôme RANDON
  •  • 8 878 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Voltamétrie »  : […] La voltamétrie est une technique dans laquelle le courant est mesuré en fonction du potentiel imposé. La polarographie est une technique voltamétrique dans laquelle on utilise une électrode à goutte de mercure. Dans ces techniques, le courant mesuré est proportionnel à la concentration d'oxydants ou de réducteurs présents dans la solution à analyser. L'oxydation sur l'électrode (et donc le couran […] Lire la suite

HEYROVSKY JAROSLAV (1890-1967)

  • Écrit par 
  • Robert ROSSET
  •  • 195 mots

Chimiste tchèque, Jaroslav Heyrovsky reçut le prix Nobel de chimie en 1959 pour sa découverte de la polarographie. Né à Prague, où il passa sa vie, Heyrovsky était le fils d'un professeur de droit de l'université Charles de Prague. Il est diplômé de cette même université en 1910, année où il vient à Londres et travaille avec Ramsey et Donnan. En 1920, il est assistant à l'Institut de chimie analyt […] Lire la suite

PROTACTINIUM

  • Écrit par 
  • Robert GUILLAUMONT
  •  • 1 882 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Propriétés chimiques en solution »  : […] En solution comme à l'état solide, le degré d'oxydation maximal du protactinium est + 5, conformément à sa position dans la classification périodique. On peut le considérer comme l'homologue supérieur du tantale. Il possède également la valence 4, peu stable, découverte en 1948 par M. Haïssinsky et G. Bouissières. Pa III pourrait exister à l'état de triiodure PaI 3 . À l'échelle des indicateurs et […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert ROSSET, « POLAROGRAPHIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/polarographie/