Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Éléments de controverses

Les études révèlent que les performances aux tests ne sont pas les effets de compétences définies et séparables mais sont sensibles aux formats des questions, aux contextes et topiques, etc. Non seulement la traduction même des tests s’avère délicate, mais, comme ces derniers évoquent des situations pouvant faire plus ou moins sens selon les cultures, la comparabilité des systèmes éducatifs est sujette à caution. Par-delà les travaux d’experts mettant en garde contre la fragilité de certaines idées dérivées sans précautions de l’enquête, les facteurs explicatifs des performances sont controversés. La réussite particulière des élèves finlandais a conduit à une valorisation des systèmes scandinaves au sein de l’Europe, notamment de particularités marquées par l’influence anglo-saxonne (apprentissage par compétences plutôt que par disciplines, autonomie des élèves, individualisation des parcours, redoublements absents ou limités, décentralisation des établissements, etc.) sans distinction des caractères spécifiques au modèle finlandais, dont les résultats seuls se distinguent, si l’on tient compte des avantages économiques et culturels des populations du nord de l’Europe. Ces caractères, mis en évidence par des analyses plus fines, sont la qualité du corps professoral sélectionné parmi les meilleurs élèves d’une génération, la prévention précoce de l’échec scolaire assurant un niveau suffisamment homogène des classes, le recours aux méthodes de lecture alphabétiques, nécessité par la langue, a aussi été évoqué, etc. Néanmoins, le modèle finlandais a été mis en cause pour la faible valeur probatoire de ses résultats – en raison de la taille et de l’homogénéité culturelle relative de la population finlandaise – mais aussi au regard d’autres critères de qualité, par exemple celui de la réussite en mathématiques dans le supérieur. L’affaiblissement tendanciel des performances des systèmes éducatifs scandinaves a conduit à porter plus d’attention en Europe aux systèmes d’Asie qui se démarquent du reste du monde. Mais à des spécificités pédagogiques et institutionnelles associant des qualités données comme traditionnelles (orientation académique du curriculum, qualité du corps professoral), ou d’autres comme égalitaires (unité de curriculum et absence des redoublements), on oppose aussi des spécificités limitant la valeur probatoire des modèles éducatifs en jeu, tel que le rôle complémentaire joué par les institutions privées d’enseignement et le fort bachotage pour l’entrée dans les meilleures high schools (lycées), la polarisation du curriculum sur les mathématiques, la situation privilégiée des populations des grandes villes de Chine distinguées par le classement PISA (Hong Kong, Shanghai, Macao), etc. Qu’en serait-il en Chine si les tests avaient porté sur l’ensemble des élèves du pays ? En France, les inégalités accrues ont conduit à accuser l’iniquité du système éducatif plutôt qu’à examiner les changements qui ont pu susciter cet accroissement. Dans l’ensemble, un élément de consensus semble émerger suivant lequel qualité et équité tendraient à être observées conjointement, les systèmes les plus performants étant ceux où l’influence de l’école domine celle des facteurs extra-scolaires divergents. Ces systèmes connaissent, sur la base des tests PISA, un moindre échec des élèves les plus faibles et de moindres disparités des résultats.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directrice de recherche au CNRS, Groupe d'étude des méthodes de l'analyse sociologique de la Sorbonne, Paris

Classification

Pour citer cet article

Nathalie BULLE. PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 17/07/2014

Média

Enquête PISA : compétences en mathématiques - crédits : Encyclopædia Universalis France

Enquête PISA : compétences en mathématiques

Autres références

  • ÉDUCATION - Économie de l'éducation

    • Écrit par
    • 3 986 mots
    ...scolarisation aient réellement échoué à stimuler la croissance, faute de politiques économiques adéquates ou en raison de la mauvaise qualité des écoles. Cependant, la participation, depuis les années 2000, d'un nombre croissant de pays à des enquêtes telles que le Programme international pour le suivi des...
  • FRANCE - L'année politique 2023

    • Écrit par
    • 5 492 mots
    • 3 médias
    ...de la tenue incriminée, la plupart acceptant d’en changer le jour même après le « dialogue » prévu par la circulaire. La publication, en décembre, du classement annuel PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves, enquête menée tous les trois ans par l’OCDE) attestant une baisse...
  • GENRE ET COGNITION

    • Écrit par
    • 1 140 mots
    • 1 média
    ...plus important que celui que l'on observe pour les aptitudes verbales et il persiste alors que ces différences d'aptitudes deviennent négligeables. Les enquêtes P.I.S.A. (Program for International Student Assesment) portant sur des jeunes de quinze-seize ans et évaluant la connaissance de la langue en...