POUJADE PIERRE (1920-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pierre Poujade traverse en météore le ciel politique français des années 1950 sans laisser d'autre trace dans l'histoire qu'un terme, le « poujadisme », négativement connoté et servant à désigner un mouvement de protestation à courte vue, corporatiste, populiste et réactionnaire.

Le rôle inattendu joué par Pierre Poujade s'explique par la rencontre fortuite d'un homme – volontiers démagogue, braillard, capable d'électriser les foules par des formules marquées au coin d'un apparent bon sens – et d'une situation de crise de la IVe République.

Poujade est assez représentatif du Français moyen de l'entre-deux-guerres. Né à Saint-Céré (Lot) le 1er décembre 1920 dans une famille de la petite bourgeoisie, il est maréchaliste en 1940 et appartient à l'organisation vichyste des Compagnons de France avant de rejoindre Alger en 1942 et de s'engager dans l'aviation. Après la guerre, il ouvre une papeterie à Saint-Céré, réalisant ainsi le rêve social des classes moyennes de l'époque : se mettre à son compte, devenir un petit patron. Mais la situation de pénurie de la guerre et de l'après-guerre, qui avait artificiellement maintenu la prospérité des petits producteurs et des petits commerçants, disparaît avec les premiers effets de la croissance économique. Du même coup, de nombreuses petites entreprises commerciales, artisanales, et bientôt agricoles, se révèlent mal adaptées aux conditions du marché et de la concurrence, et connaissent des difficultés grandissantes. L'amertume qui en résulte se cristallise autour des contrôles fiscaux exercés par les « polyvalents » qui surveillent la comptabilité (souvent sommairement tenue) des petites entreprises, procédant à des redressements fiscaux, voire à des saisies. C'est en s'opposant par la force à ces contrôles fiscaux que Pierre Poujade acquiert sa notoriété, se présentant face aux agents du fisc comme une sorte de Robin des Bois, défenseur des « petits ».

En novembre 1953, il fonde l'Union de défense des commerçants et artisans (U.D.C.A.), qui remporte un premier succès en s'assurant la majorité à la Chambre de commerce de Cahors. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification


Autres références

«  POUJADE PIERRE (1920-2003)  » est également traité dans :

EXTRÊME DROITE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves CAMUS
  •  • 11 028 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Analyse des discours »  : […] Dans les années 1990-2000, il était possible de définir une famille de l'extrême droite dont toutes les composantes réunissaient un certain nombre de critères. La tentative la plus aboutie de classification était celle du politologue néerlandais Cas Mudde, dans sa thèse intitulée The   Extreme Right Party Family . An ideological approach (1998). Pour lui appartenaient à l'extrême droite les for […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/extreme-droite/#i_35985

QUATRIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 078 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les élections législatives de 1951 et 1956 »  : […] La IV e  République n'a connu que deux élections législatives, après celle de novembre 1946, qui s'était encore déroulée dans le climat de la Libération et du tripartisme. D'une certaine manière, on peut dire que les deux suivantes sont les seules vraiment typiques de la IV e  République. Si le terme du mandat de la première Assemblée avait été respecté, les élections législatives auraient dû n'av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quatrieme-republique/#i_35985

Pour citer l’article

Serge BERSTEIN, « POUJADE PIERRE - (1920-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-poujade/