THOMIRE PIERRE PHILIPPE (1751-1843)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un ciseleur parisien, Thomire bénéficia d'une formation très complète. Il travailla la sculpture à l'Académie de Saint-Luc, à Rome, avec Pajou et Houdon. Ce dernier aurait voulu en faire un fondeur, mais Thomire se spécialise dans la ciselure et entre dans l'atelier de Gouthière. Il acquiert très vite auprès de celui-ci une parfaite connaissance des secrets du métier, particulièrement de la dorure au mat qui faisait la gloire de son maître. Dès 1776, il s'installe à son compte et devient, après la faillite de Gouthière, le ciseleur le plus réputé. Très attiré par le néo-classicisme, il se spécialise dans les sujets tirés du répertoire antique et collabore avec des ébénistes comme Guillaume Benemann. Il donne toute sa mesure en exécutant les moulures de bronze de grands vases de Sèvres (il avait succédé à Duplessis comme bronzier de la manufacture). Certaines de ses œuvres exécutées avant la Révolution (par exemple le candélabre de l'Indépendance, musée du Louvre, le grand vase de Sèvres, Louvre, le serre-bijoux de Marie-Antoinette, Versailles) auraient suffi à assurer sa réputation, mais il est encore plus célèbre pour son importante production de la période Empire. Son goût pour les motifs guerriers et les sujets antiques facilita son adaptation au style nouveau, et son atelier, établi sur le pied d'une véritable entreprise, put produire en grand nombre des pendules, des surtouts de table, des candélabres. De nombreux exemples en sont encore conservés à Compiègne ou à Fontainebleau. Sa fabrique, reprise par ses gendres, après sa retraite en 1823, devait maintenir le nom de Thomire jusqu'à la période Louis-Philippe.

Maquette de temple, P. P. Thomire et F. Sibilio

Maquette de temple, P. P. Thomire et F. Sibilio

photographie

Pierre Philippe Thomire et Francesco Sibilio, maquette de temple en malachite et bronze doré, 1827-1834. Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg, Russie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Colombe SAMOYAULT-VERLET

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur au Musée national du château de Fontainebleau, professeur à l'École du Louvre

Classification


Autres références

«  THOMIRE PIERRE PHILIPPE (1751-1843)  » est également traité dans :

MÉTAL ARTS DU

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 11 119 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le cuivre, le bronze, le laiton »  : […] Le cuivre pur est à l'origine des alliages que sont le bronze et le laiton. Il a été mis en forme au repoussé à toutes les époques, mais il a souvent été doré, émaillé, recouvert ou incrusté d'autres matières. Il a beaucoup servi à la fabrication d'objets de la vie quotidienne. La chaudronnerie regroupe ce type de production et certains pays, comme ceux de l'Orient musulman, ont préféré ce trait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-du-metal/#i_23527

Pour citer l’article

Colombe SAMOYAULT-VERLET, « THOMIRE PIERRE PHILIPPE - (1751-1843) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-philippe-thomire/