LOTI PIERRE (1850-1923)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le voyage et le travestissement

L'Extrême-Orient ne constitue cependant pas son territoire d'élection. La découverte de l'Islam dès 1869 (Afrique du Nord et Turquie) avait révélé Loti à lui-même : climat, couleurs, coutumes, costumes, sentiment du temps passé et d'un empire condamné, tout l'avait fasciné en ces lieux. Sa seconde patrie sera donc cette Turquie où il reviendra une dizaine de fois (avec presque autant de livres, de Fantôme d'Orient,1892, à Suprêmes Visions d'Orient, 1921, en passant par Les Désenchantées, 1906) et qu'il défendra jusqu'au bout contre les accusations de génocide (« Les massacres d'Arménie », 1919) ou lorsqu'elle choisira, durant la Grande Guerre, le « mauvais côté ».

Abandonnant le « roman exotique » (mais que le terme de « roman » convient mal à ces livres !) pour le pur récit de voyage, il publie en 1890 Au Maroc qui inaugure cette veine – pour nous la plus féconde – et qui donnera Le Désert, Jérusalem, La Galilée ; Les Derniers Jours de Pékin ; L'Inde (sans les Anglais) ; Vers Ispahan ; La Mort de Philae ; Un pèlerin d'Angkor. Loti, excellent dessinateur, est un peintre qui fait voir, et surtout ressentir, avec le minimum de mots et de moyens. Au-delà du pittoresque, il illustre parfaitement le concept du paysage-état d'âme. Une âme inquiète, curieuse, avide des lieux, des gens, des sensations.

Le voyage lui est aussi l'occasion de changer d'apparence. Loti, qui n'aime pas son apparence physique, se déguise afin de mieux éprouver l'altérité. Le costume d'emprunt lui permet de se fondre dans le paysage, et de ne pas faire tache. Plus tard, devenu souvenir de voyage, il participe à la reconstitution des décors exotiques que l'écrivain élabore dans sa maison natale : chambre arabe, salon turc, pagode japonaise, salle chinoise, et, pour finir, en 1897, la fameuse « mosquée » : en réalité plutôt un palais syrien, où Loti installera en 1905 la stèle funéraire d'Aziyadé dérobée dans le cimetière d'Istanbul... Cette maison où il voyage dans l'espace aussi bien que dans le temps (elle comprend éga [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  LOTI PIERRE (1850-1923)  » est également traité dans :

AZIYADÉ, Pierre Loti - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bruno VERCIER
  •  • 962 mots
  •  • 1 média

Le 20 janvier 1879 paraît, à la librairie Calmann-Lévy, un petit livre sans nom d'auteur, Aziyadé ; la couverture mauve est ornée d'un portrait de femme orientale. L'accueil de la critique est mince, et celui du public réservé. Pourtant, ce titre est celui qui vient à l'esprit lorsque l'on pense à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aziyade/#i_47175

EXPLORATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 13 774 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'explorateur au voyageur ; du voyageur au touriste »  : […] La littérature de voyage est inséparable des explorations. Elle entretient et répand la curiosité pour les autres mondes et le goût de l'exotisme. Les Lettres édifiantes et curieuses , publiées en Italie dès le milieu du xvii e  siècle, s'adressent pour la première fois au grand public lettré. Elles sont imitées. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/explorations/#i_47175

Pour citer l’article

Bruno VERCIER, « LOTI PIERRE - (1850-1923) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-loti/