LEYRIS PIERRE (1907-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Traducteur prolifique (on estime qu'il a signé la traduction d'une centaine d'ouvrages), Pierre Leyris fut aussi l'introducteur en France d'auteurs réputés difficiles – voire, comme Gerard Manley Hopkins, « intraduisibles » – et, parallèlement à ses traductions d'œuvres classiques – les Œuvres complètes de Shakespeare dont il dirigea, au Club français du livre, une édition bilingue qui reste de référence, les écrits majeurs de William Blake, Herman Melville, Thomas de Quincey, Charles Dickens, T. S. Eliot ou W. B. Yeats, parmi beaucoup d'autres –, d'écrivains au rayonnement plus confidentiel comme Kathleen Raine, Stephen Crane, Djuna Barnes, John Clare, Arthur Symons ou Jean Rhys, souvent révélés aux lecteurs français dans la collection Le Domaine anglais qu'il avait créée au Mercure de France.

Né en 1907 à Ermont (Val-d'Oise), Pierre Leyris fit ses études au lycée Janson-de-Sailly où il eut entre autres pour condisciple Pierre Klossowski, avec qui il demeura lié, et le peintre Balthus. Puis, « quand le temps fut venu – vers 1930 – de gagner sa vie », lit-on dans la Postface aux Contes du Wessex de Thomas Hardy, traduits avec Antoine Jaccottet (1995), « il s'avisa qu'apprendre l'anglais, le lire et le traduire étaient déjà pour lui trois choses qui ne faisaient qu'une. Elles le sont restées dans une grande mesure, surtout en poésie... ». Entre la première version française de Billy Budd, gabier de misaine de Herman Melville (1935) et celle des Écrits prophétiques des dernières années de William Blake (2000) s'inscrit ainsi un parcours exemplaire, couronné par le grand prix national de la traduction en 1985, jalonné d'amitiés décisives (avec Brice Parain, Henri Thomas, Charles-Albert Cingria qu'il fit connaître à Jean Paulhan et publier dans la N.R.F., André Dhôtel, Henri Michaux, ou encore, parmi les contemporains, Philippe Jaccottet et Pierre Pachet), et qui sut, à l'occasion, déborder le cadre strictement anglophone pour offrir, en collaboration, des traductions d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Gilles ORTLIEB, « LEYRIS PIERRE - (1907-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-leyris/