JURIEU PIERRE (1637-1713)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théologien et controversiste calviniste français, Pierre Jurieu, né à Mer, près de Blois, était fils de pasteur et le petit-fils du théologien Pierre du Moulin (1568-1658). Après avoir étudié à Saumur et à Sedan, il se rend en 1660 environ aux Pays-Bas et en Angleterre. En 1661, il devient suffragant de son père, puis pasteur à Mer et, pour un temps, à Vitry-le-François. Il rédige alors l'Examen du livre de la Réunion du christianisme, où il reprend de manière critique les thèses d'I. Huisseau, tout en disant son intérêt pour la définition d'un nombre limité de points fondamentaux controversés. Il devra à ce propos se défendre contre la censure du synode de Saintonge. Son Traité de la dévotion (Rouen, 1674), maintes fois réédité, et son ouvrage plus tardif, intitulé La Pratique de la dévotion ou Traité de l'amour divin (Rotterdam, 1700), expriment un aspect de sa réflexion qui annonce le piétisme.

En 1667, il épouse Hélène du Moulin, qui, une fois veuve, suivra dans leur exil les « prophètes » protestants et mourra en Angleterre, en juillet 1720. En 1674, après la soutenance de ses thèses sur la kabbale et sur le « pouvoir des clefs », il est reçu docteur et nommé professeur de théologie à l'Académie protestante de Sedan. Certains de ses ouvrages tardifs permettent de retrouver des traces de cet enseignement, tels le Traité de la nature et de la grâce (Utrecht, 1688), rédigé contre C. Pajon (1626-1685), auquel Jurieu reproche très tôt de trop accorder à l'homme dans l'œuvre de la régénération, et l'Histoire critique des dogmes et des cultes bons et mauvais qui ont été dans l'Église depuis Adam jusqu'à Jésus-Christ (Amsterdam, 1704). Déjà, Jurieu fait œuvre de polémiste : contre Antoine Arnauld (1612-1694) avec l'Apologie pour la morale des réformés (Quevilly, 1675) ; contre Bossuet avec le Préservatif contre le changement de religion (Rouen, 1680) et La Politique du clergé de France (Amsterdam, 1680). Dans son Traité de la puissance de l'Église ( [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté protestante de théologie de Strasbourg

Classification


Autres références

«  JURIEU PIERRE (1637-1713)  » est également traité dans :

ESCLAVAGE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE, 
  • Maurice LENGELLÉ, 
  • Claude NICOLET
  •  • 8 798 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les justifications de l'inégalité entre les hommes »  : […] Si l'on met à part le système « doux », le niveau de vie des esclaves organisés en troupeaux est donc réduit au point d'obtenir la plus forte rentabilité de la production agricole, pour le profit des maîtres. Or, cette inégalité se doublait du racisme, qui doit être considéré, selon nous, comme un essai de justification pseudo-scientifique de l'inégalité sociale. La richesse des maîtres ne pouvait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esclavage/#i_33601

Pour citer l’article

Bernard ROUSSEL, « JURIEU PIERRE - (1637-1713) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-jurieu/