BÉRANGER PIERRE JEAN DE (1780-1857)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le célèbre chansonnier français Pierre Jean de Béranger, enfant du peuple malgré une particule usurpée par son père, fut élevé par son grand-père, tailleur rue du Faubourg-Saint-Antoine. Il assiste à la prise de la Bastille, mais on juge ensuite plus prudent de l'envoyer chez une tante fort dévote de Péronne, où il fréquente l'institut laïque de M. Ballue de Bellenglise, adepte de Rousseau, qui avait fait de son école un véritable petit club où l'on cultivait la harangue et les maximes révolutionnaires. Il travaille ensuite chez un imprimeur qui lui inculque les usages de la langue et les règles de la prosodie. De retour à Paris, il écrit une comédie, Les Hermaphrodites, inspirée par les mœurs efféminées du Directoire, commence un poème épique, Clovis, et s'essaie à tous les genres poétiques. Vivant dans la gêne, il songe à s'établir dans la colonie d'Égypte, puis envoie ses vers à Lucien Bonaparte qui, avant de partir pour l'exil en 1804, lui fait don de sa propre pension de membre de l'Institut, à laquelle s'ajoute l'argent qu'il tire d'une collaboration anonyme aux Annales du Musée français, recueil de gravures au trait dirigé par le peintre Landon, puis d'une place de commis-expéditionnaire dans les bureaux de l'université. De 1809 à 1814, il écrit ses premières chansons. Le Roi d'Yvetot et Le Sénateur eurent le bonheur de beaucoup amuser Napoléon. Béranger professa toujours pour celui-ci une vive admiration, voyant en lui l'expression géniale des aspirations populaires, mais il jugea avec sévérité son despotisme croissant. Il est admis au célèbre cabaret du Caveau ; c'est alors qu'on propose à ce chansonnier, qui se moque de la censure, un poste... à la censure.

Le recueil Chansons morales et autres (1815) rassemble ses premières créations : chansons à boire cultivant la gaudriole — Les Gueux, Les Infidélités de Lisette (narrant ses propres mésaventures), La Bonne Fille, Frétillon —, petites compositions dramatiques populaires et poétiques et, déjà, premières chansons patriotiques : Ma Dernière Chanson peut-être, Le Bon [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BÉRANGER PIERRE JEAN DE (1780-1857)  » est également traité dans :

CHANSON

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET, 
  • Guy ERISMANN, 
  • Jean-Claude KLEIN
  •  • 7 139 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Romance, air de cour »  : […] Mais bientôt, dans les sociétés chantantes, d'autres héros survenaient dans les chansons de Charles-François Pannard, de Gabriel-Charles de L'Attaignant ou de Jean-Joseph Vadé : Nanette Dubout, la blanchisseuse ; Manon Giroux, la couturière ; Jérôme Dubois, le « pécheu ». La Révolution était toute proche. Quand elle éclata, dans l'élan de l'enthousiasme et sous l'influence d'une nouvelle législat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson/#i_6683

CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Hélène HAZERA
  •  • 5 009 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La chanson politique et sociale »  : […] La romance de salon, accompagnée au clavecin, à la harpe puis à la guitare ou au pianoforte, constitue une passerelle entre la musique savante – elle est écrite pour être chantée par des amateurs – et la musique populaire. Un Florian ne dédaigne pas d'écrire Plaisir d'amour  ; Chateaubriand lui emboîtera le pas. Une petite société de chansonniers – au sens d'auteurs de chan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-francaise/#i_6683

Pour citer l’article

France CANH-GRUYER, « BÉRANGER PIERRE JEAN DE - (1780-1857) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-jean-de-beranger/