PIERRE DE LA CROIX (2e moitié XIIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théoricien et musicien français de la seconde moitié du xiiie siècle, originaire d'Amiens, Pierre de la Croix (Petrus de Cruce) peut être identifié à Pierre de Picardie dont le traité fut reproduit par le dominicain, professeur de musique à la Sorbonne au temps de Saint Louis, Jérôme de Moravie, sous le titre Musica mensurabilis. Il composa une messe (1298) en souvenir de Louis IX. Grâce aux Regulae (1326) de Robert de Handlo (xive s.) et à la Summa super musicam continuam et discretam de John Hanboys (xve s.), on sait qu'il aurait introduit le point de division dans la notation mensuraliste. Dans le Speculum musicae du pseudo-Jean des Murs, aujourd'hui restitué à Jacques de Liège, on lit l'incipit de deux motets à trois voix de Pierre de la Croix, où le compositeur divise la brève parfaite (temps musical) en plus de trois semi-brèves. On a retrouvé ces deux motets dans le manuscrit de Montpellier (H. 196) et dans un autre de Turin (Vari 42) : Aucun ont trouvé chant et S'amour eust point de poer. Une telle innovation (on trouve jusqu'à neuf semi-brèves par « temps ») donna naissance à la minime de P. de Vitry (Ars nova). Bien que, pour cette raison, il eût été compréhensible qu'il fût appelé optimus notator, cette dénomination est appliquée à un Pierre de Notre-Dame qui aurait vécu avant les Francon (Francon de Cologne et Francon de Paris) ; or, par J. de Liège, on sait que Pierre de la Croix suivit la doctrine de ces derniers.

—  Pierre-Paul LACAS

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  PIERRE DE LA CROIX (2 e moitié XIII e s.)  » est également traité dans :

ARS NOVA

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 6 409 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'ars nova en Italie »  : […] On sait peu de chose du développement de l'art polyphonique en Italie au xiii e  siècle, il semble cependant, à l'examen des premières œuvres polyphoniques conservées (datant environ de 1330), que les Italiens y avaient acquis une certaine maîtrise. Ces premières œuvres en effet mettent en évidence une originalité, une habileté d'écriture qui ne s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ars-nova/#i_5024

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « PIERRE DE LA CROIX (2e moitié XIIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-de-la-croix/