SHARP PHILLIP (1944- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Biologiste moléculaire américain, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1993 (conjointement au Britannique Richard Roberts) pour avoir découvert, de manière indépendante, que des gènes individuels sont souvent interrompus par de longues séquences d'ADN qui ne codent pas une structure protéique.

Phillip Allen Sharp est né le 6 juin 1944 à Falmouth, dans le Kentucky. En 1969, il obtient un doctorat en chimie à l'université de l'Illinois, à Urbana-Champaign. Cette même année, il commence à travailler à l'Institut de technologie de Californie, avant de rejoindre le Laboratoire de Cold Spring Harbor, à New York, en 1971. En 1974, il entre à l'Institut de technologie du Massachusetts (M.I.T.), où il mène les recherches qui le conduiront au prix Nobel. En 1977, il participe à la création de la société de biotechnologie Biogen, comme il le fera plus tard pour Alnylam Pharmaceuticals et Magen BioSciences.

En 1977, Phillip Sharp et son équipe découvrent que l'ARN messager (ARNm) d'un adénovirus correspond à quatre segments séparés et discontinus d'ADN. Ils constatent que les segments d'ADN qui codent les protéines, nommés exons, sont séparés par de longues séquences d'ADN, aujourd'hui appelés introns, ne contenant aucune information génétique. Une autre équipe travaillant indépendamment sous la direction de Richard Roberts parvient simultanément aux mêmes constatations. Jusque-là, les biologistes pensaient que les gènes étaient formés de séquences ininterrompues d'ADN, servant directement de modèle à l'ARNm, pour l'assemblage des protéines. Ce schéma était fondé sur des études d'organismes procaryotes, comme les bactéries. Après la découverte de Phillip Sharp et Richard Roberts, la structure de gène discontinu s'est révélée être l'organisation la plus fréquente chez les eucaryotes, c'est-à-dire chez tous les organismes supérieurs, et notamment chez les humains.

Des études ultérieures, dont beaucoup ont été menées dans le laboratoire de Phillip Sharp, ont montré que la transcription de l'ADN produit dans un premier temps une molécule d'ARN précurseur, contenant des copies des introns. La molécule d'ARN finale est produite par la suppression des introns et l'épissage des exons. De nombreuses maladies génétiques sont dues à des mutations qui se produisent lors du processus d'épissage. Les biologistes pensent également que la structure discontinue des gènes pourrait être un des mécanismes de l'évolution, permettant un remaniement des exons et ainsi la synthèse de nouvelles protéines.

Directeur au M.I.T. du centre de recherches sur le cancer, aujourd’hui appelé Koch Institute for Integrative Cancer Research (1985-1991), chef du département de biologie (1991-1999) et directeur (2000-2004) du McGovern Institute for Brain Research, Phillip Sharp, qui a reçu en 2004 la National Medal of Science, est professeur de biologie au M.I.T.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Classification

Pour citer l’article

« SHARP PHILLIP (1944- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/phillip-sharp/