SELLERS PETER (1925-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 8 septembre 1925 à Southsea (Angleterre), de son vrai nom Richard Henry Sellers, l'acteur Peter Sellers accéda à la célébrité internationale grâce à l'incroyable variété de ses personnages, à une époque où les acteurs étaient en général cantonnés à un type de rôle déterminé.

Peter Sellers

Photographie : Peter Sellers

L'acteur britannique Peter Sellers (1925-1980), en 1958. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Peter Sellers est un descendant du légendaire boxeur professionnel juif Daniel Mendoza et le fils d'artistes de music-hall britanniques. Après avoir remporté un concours musical de jeunes talents, il projette de devenir batteur professionnel, et est engagé à ce titre dans les gang shows de Ralph Readers, qui donnent des concerts dans les bases de l'armée britannique pendant la Seconde Guerre mondiale. Il peaufine ses talents d'imitateur pendant son service militaire à la Royal Air Force et finit par abandonner la batterie pour la comédie, restant six semaines à l'affiche du Windmill Theatre de Londres avec un spectacle d'imitations de gens célèbres. En 1951, il crée, avec Spike Milligan et Harry Secombe, une série d'émissions radiophoniques à sketches, The Goon Show, et devient une star de la radio grâce à son répertoire de personnages excentriques. Par ailleurs, il vole la vedette à ses acolytes dans les films qu'ils tournent ensemble, comme le court-métrage Let's Go Crazy (1951) et le long-métrage Down Among the Z Men (1952).

Sans ses comparses, il joue des rôles secondaires dans une poignée de films avant de percer grâce à son rôle d'escroc un peu balourd dans The Ladykillers (Tueurs de dames, 1955). Suivant le conseil de la star de cinéma Alec Guinness, Sellers s'efforce de ne pas jouer deux fois le même personnage. Il aime particulièrement se fondre dans des personnages plus âgés que lui (The Smallest Show on Earth [Sous le plus petit chapiteau du monde], 1957) ; Battle of the Sexes [La Bataille des sexes], 1959) et jouer des rôles multiples (The Mouse That Roared [La Souris qui rugissait], 1959). De la fin des années 1950 au début des années 1960, Sellers livre des performances remarquables dans des films produits par les Boulting Brothers, où il campe notamment Fred Kite, l'intendant tapageur d'un atelier d'ouvriers syndiqués dans I'm All Right Jack (Après moi le déluge, 1959) ; à la même époque, il fait ses débuts de réalisateur avec Mr. Topaze (1961). S'il est considéré par beaucoup de Britanniques comme un vulgaire imitateur pour émissions de radio, on voit en lui un génie outre-Atlantique. C'est le cas du réalisateur américain Stanley Kubrick, qui engage Sellers pour le rôle du perfide Clare Quilty dans Lolita (1962), avant de lui offrir trois rôles superbement bien ficelés dans sa géniale « comédie de fin du monde » Dr. Strangelove (Docteur Folamour, 1964).

Le rôle qui le propulse au rang de superstar est celui de l'inspecteur Clouseau, un policier formidablement incompétent, dans The Pink Panther (La Panthère rose) et A Shot in the Dark (Quand l'inspecteur s'emmêle), tous deux réalisés en 1964 par Blake Edwards avec qui il travaillera à nouveau dans La Party (1968). Mais Peter Sellers est victime d'une crise cardiaque qui manque de lui coûter la vie en 1964. Après son rétablissement, la qualité de ses films est extrêmement inégale, son caractère lunatique à la ville se répercutant sur son travail à l'écran, très irrégulier. Il ne retrouve véritablement son rythme qu'au milieu des années 1970, en reprenant le rôle de l'inspecteur Clouseau dans trois suites très rentables de La Panthère rose.

En 1979, dans Being There (Bienvenue Mister Chance), réalisé par Hal Ashby, il campe le personnage de Chance, un jardinier simple d'esprit, souvent considéré comme son meilleur rôle. Le film, nommé aux oscars, est un triomphe. Sellers enchaîne avec l'un des plus mauvais films de sa carrière, The Fiendish Plot of Dr. Fu Manchu (Le Complot diabolique du docteur Fu Manchu, 1980). Après plusieurs attaques cardiaques, il meurt à l'âge de cinquante-quatre ans ; son dernier « rôle », dans le film Trail of the Pink Panther (À la recherche de la panthère rose), sorti de manière posthume en 1982, est un assemblage disparate de séquences inédites des films précédents.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  SELLERS PETER (1925-1980)  » est également traité dans :

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 218 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Un genre iconoclaste »  : […] La recette tend à se figer à partir de la fin des années 1930-1940, même si certains perpétuent le genre avec talent, tels Lubitsch [ Cluny Brown ( La Folle Ingénue , 1946)], Cukor [( Adam's Rib ( Madame porte la culotte , 1949)] ou Hawks [ I Was a Male War Bride ( Allez coucher ailleurs , 1948) ; Monkey Business ( Chérie, je me sens rajeunir , 1952) ou Man's Favorite Sport ? ( Le Sport favori […] Lire la suite

EDWARDS BLAKE (1922-2010)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 952 mots

Son grand-père dirigeait des films muets, son père fut metteur en scène de théâtre et directeur de production. C'est donc tout naturellement que William Blake Crump (dit Blake Edwards), né à Tulsa (Oklahoma) le 26 juillet 1922, se tourne vers le spectacle. Il débute à Los Angeles avec des émissions de radio (pour Dick Powell) et des séries T.V., avant de jouer dès 1942 des petits rôles au cinéma. […] Lire la suite

KUBRICK STANLEY

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 2 909 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'installation en Europe et l'épanouissement »  : […] Comme pour retrouver les ambiguïtés qui lui sont chères en s'éloignant de Hollywood, le cinéaste entreprend en Grande-Bretagne une adaptation alors jugée audacieuse : celle de Lolita (le roman de Nabokov est encore plus ou moins interdit dans nombre d'États américains). Le film ne cherche pas à rivaliser avec le style (ni même avec les évocations) du romancier. À la peinture d'une Amérique à la […] Lire la suite

Pour citer l’article

« SELLERS PETER - (1925-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-sellers/