GREENAWAY PETER (1942- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le cinéma britannique contemporain, Peter Greenaway occupe une place à part, non seulement par ses multiples activités (il est aussi peintre, romancier, illustrateur de livres, organisateur d'expositions...) mais par ses qualités spécifiques : une originalité très concertée, un esthétisme à la fois raffiné et provocateur, une excentricité tendant au baroque.

Peter Greenaway est né en 1942 à Newport (pays de Galles). Il réalise sa première exposition à Londres en 1964, à la Lord's Gallery, puis entre comme monteur au Central Office of Information. En 1966, il réalise ses premiers courts-métrages (Train et Tree, en 1966) qui montrent que, d'une part, il est incontestablement un formaliste – chez lui, pas de regard social à la manière de Ken Loach, Stephen Frears ou Mike Leigh – et que, d'autre part, il se passionne pour les systèmes de classification chers aux naturalistes tels que Linné ou Buffon. H is for House (1967) décline une série de vocables commençant par un « h ». Windows (1974) classe par âge, catégorie sociale, saison, mobile..., les trente-sept défenestrations ayant eu lieu en 1973 dans une commune du Wiltshire... Le tout culmine dans un premier long-métrage produit par le British Film Institute, The Falls (1980), composé de quatre-vingt-douze séquences décrivant la biographie imaginaire de personnages dont le nom commence par les lettres « Fall... » (« chute ») et victimes d'un supposé cataclysme.

En 1982, The Draughtsman's Contract (Meurtre dans un jardin anglais), son premier film non expérimental mais sophistiqué et surprenant, apporte à Greenaway une notoriété internationale. Au xviie siècle, un étrange contrat lie un célèbre architecte, Neville, à sa commanditaire, Mrs. Herbert. En échange des douze vues de sa propriété qu'elle lui demande, elle paiera en argent et en nature. Mais les dessins de Neville laissent paraître les indices d'un crime à venir. La mère désirant rompre le contrat, sa fille, Mrs. Talman, le reprend aux mêmes conditions... Elles expliq [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  GREENAWAY PETER (1942- )  » est également traité dans :

MEURTRE DANS UN JARDIN ANGLAIS, film de Peter Greenaway

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 046 mots

Né en 1942 à Newport (pays de Galles), Peter Greenaway a été d'abord peintre et illustrateur de livres. Les films qu'il réalise à partir de 1966 (Train, Tree, 1966 ; Intervals, 1969 ; Erosion, 1971 ; Windows, 1975 ; Dear Phone, 1977) appartiennent au domaine du cinéma expérimental et à l'avant-garde. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meurtre-dans-un-jardin-anglais/#i_9066

ANDRIESSEN LOUIS (1939- )

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 000 mots

Reconnu comme l'un des principaux compositeurs néerlandais contemporains, Louis Andriessen assure un rôle de tout premier plan dans le monde musical européen. Influencé par des compositeurs comme Jean-Sébastien Bach, Maurice Ravel, Igor Stravinski ou Thelonious Monk, il préfère généralement les sonorités puissantes évoquant parfois les big bands ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-andriessen/#i_9066

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les années 1980 : l'amour à mort »  : […] Au début des années 1980, une maladie inconnue affecte (exclusivement, croit-on dans les premiers temps) la communauté homosexuelle. Les corps vont désormais être marqués par le danger qui rode. En 1985, le mal est identifié, et le sida mis en scène ( Buddies , A. J. Bressan). Depuis cette date et jusqu'à la fin du millénaire, la contamination par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_9066

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « GREENAWAY PETER (1942- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-greenaway/