PENTHÉSILÉE, Heinrich von KleistFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'horreur et le sublime

À sa publication, la pièce se heurta à l'incompréhension des contemporains qui jugèrent qu'elle niait les convenances. Goethe, en particulier, la considérait comme un objet totalement étranger à lui-même : « Elle appartient à une race si fabuleuse et se meut dans une région si étrange qu'il me faut prendre mon temps pour m'accoutumer aux deux. » La première adaptation n'eut lieu qu'en 1876 à Berlin ; seuls quelques extraits avaient été montrés en 1811 sous forme de pantomime. La pièce, qui se joue des contraintes du théâtre, pose de réelles difficultés d'interprétation et d'exécution : nombreuses scènes de bataille, longs récits, univers onirique exprimé dans une syntaxe volontairement éclatée, où s'imbriquent l'horreur et le sublime. Et pourtant elle fascine. Kleist a dit de sa pièce : « J'y ai mis le plus profond de moi-même [...] à la fois toute la souffrance et la splendeur de mon âme. » Dans cette tragédie du couple, où la femme est conquérante et l'homme se laisse conquérir, tout devient monstrueusement fragile, tout est poussé à l'extrême et menace à chaque instant de basculer dans son contraire : l'amour en haine, la fête en sacrifice, le sublime en trivial... Avec Penthésilée, Kleist a écrit une des pièces les plus audacieuses et les plus troublantes de la littérature dramatique de son temps.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur au département des arts du spectacle à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-la Défense, traducteur, dramaturge

Classification


Autres références

«  PENTHÉSILÉE, Heinrich von Kleist  » est également traité dans :

PENTHÉSILÉE (mise en scène J. Brochen)

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 300 mots

C'est avec La Cagnotte, de Labiche, en 1994, que la troupe des Compagnons de jeu, fondée par Julie Brochen, avait signé son acte de naissance théâtral. Après J. P. Vincent et J. Jourdheuil, après Klaus Michael Grüber, on trouvait là ravivées les vertus subversives, antibourgeoises et si peu boulevardières de l'auteur du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/penthesilee/#i_24249

KLEIST HEINRICH VON (1777-1811)

  • Écrit par 
  • Claude DAVID
  •  • 3 171 mots

Dans le chapitre « La violence du tragique »  : […] Kleist, si embarrassé de lui-même, avait composé à vingt ans un Traité sur le sûr chemin pour trouver le bonheur . Depuis lors, les projets ont mûri. C'est dans une retraite paisible près du lac de Thoune qu'il écrit son premier drame, La Famille Ghonorez , plus tard rebaptisé Famille Schroffenstein . Comme dans un nouveau Roméo et Juliette , on assiste à d'impossibles amours conçues au milieu de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-von-kleist/#i_24249

Pour citer l’article

Jean-Louis BESSON, « PENTHÉSILÉE, Heinrich von Kleist - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/penthesilee-heinrich-von-kleist/