PÉDAGOGIE INSTITUTIONNELLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La pédagogie institutionnelle date de 1958, du moins son « appellation contrôlée », par les frères Jean et Fernand Oury, au congrès du mouvement Freinet, l'un des principaux mouvements d'éducation nouvelle, qui se tint cette année-là à Paris. Jean Oury se rapporte alors explicitement à la psychothérapie institutionnelle (1952) et à ce mouvement historique de pensée qui vise à resituer l'être humain au cœur des institutions qui fondent et règlent la société (1936).

Avec la pédagogie institutionnelle, il s'agit de considérer que les échecs et les réussites de chacun(e) d'entre nous sont construits à trois niveaux d'identité : l'histoire familiale et sociale ; les situations « institutionnelles », bien sûr familiales, mais aussi scolaires et professionnelles ; la personnalité propre de l'élève, sa psychologie et ses comportements. Cependant, ce sont les situations institutionnelles qui concentrent la problématique psychique et sociale quotidienne de l'être humain, d'où l'idée simple et structurante de considérer les institutions elles-mêmes comme des lieux psychiques. Il suffit alors de les reprendre, de les « rectifier » (Célestin Freinet), de les « aseptiser » (Jean Oury), pour qu'elles ne nuisent pas davantage au développement personnel, et qu'elles autorisent l'émergence et la parole de sujets.

Fernand Oury définit les institutions comme « l'ensemble des règles qui permet de définir ce qui se fait et ne se fait pas en tel lieu, à tel moment ; ce que nous appelons les lois de la classe, en sont une autre ». En ce sens, souligne-t-il, la « simple règle qui permet d'utiliser le savon sans se quereller est déjà une institution ». La pédagogie et la psychothérapie institutionnelles ont la détermination de faire de nos institutions des lieux de vie. Chacune de ces institutions conserve toute sa spécificité (éduquer, enseigner, former, produire ou servir), mais incarne le contexte réel et ordinaire des professionnels et des usagers. Il est certaiin qu'enseigner sans tenir compte de l'organisation du travail en groupe, du groupe-classe, des pédagogies mises en œuvre, des relations et du rapport subjectif des élèves au savoir peut empêcher d'apprendre.

Fernand Oury, instituteur sans formation normalienne, se retrouve d'un coup, après la Seconde Guerre mondiale, enseignant dans la banlieue parisienne, où il est né en 1920. Dans l'effervescence de la Libération, il va se former sur le tas, en se servant de ce qu'il connaît, les techniques d'expression, de travail en groupe, de dynamique des groupes, connues par les colonies de vacances et validées par les réussites de la psychothérapie institutionnelle et de la psychanalyse. L'école, la classe, sont des institutions comme les autres, où il est nécessaire de rester dans la spécificité, nous le disions, mais en n'oubliant pas qu'il y a là un groupe, voire des micro-groupes humains, et que la conscience et la raison n'épargnent pas les éruptions de l'inconscient. Apprendre n'est en rien donné. Il ne suffit pas d'enseigner. Quelle reconnaissance soutient l'élève « mal cultivé » dans l'école des maîtres ? Qui sait où se nichent motivations et désir ? Même à l'école, nous restons en société.

Des techniques, les groupes, l'inconscient ! C'est ce que les « groupes d'éducation thérapeutiques » des années 1960, porteurs des livres fondateurs, nommaient le « trépied » des compétences nécessaires. On mesure alors la complexité du savoir aujourd'hui requis pour enseigner ou éduquer, car la pédagogie institutionnelle déborde l'école et la classe, et s'est installée dans le travail social et les institutions de remédiations. Sa force de cadrage et d'organisation en font une pédagogie de contention de la violence autant que de protection des personnes, autorisant et libérant l'apprentissage, la formation, le travail. Elle nous apprend que des lieux, des limites, des lois, partagés permettent un langage commun. L'intelligence se porte mieux en sécurité. Le désir, paradoxalement, tient à la loi.

Les classes « actives » impulsées par le mouvement Freinet (utilisant le conseil de coopérative, le journal, la correspondance, le texte libre, les sorties-enquêtes, les métiers) entrent avec la pédagogie institutionnelle « en analyse », en laissant toute leur place au groupe et à l'individu.

Célestin Freinet

Photographie : Célestin Freinet

Tout en approfondissant les principes exposés par les pionniers de l'éducation nouvelle, Freinet oppose son «matérialisme scolaire» aux théoriciens: «La libération pédagogique, disait-il, sera l'œuvre des éducateurs eux-mêmes ou ne sera pas.» 

Crédits : Association des amis de Freinet

Afficher

Il y a aujourd'hui plusieurs milliers de classes – voire des écoles, comme celle de La N [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités en sciences de l'éducation à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  PÉDAGOGIE INSTITUTIONNELLE  » est également traité dans :

ANALYSE INSTITUTIONNELLE

  • Écrit par 
  • Rémi HEISS
  •  • 702 mots

La spécificité de l'analyse institutionnelle pour approcher la réalité d'une institution, c'est d'avoir donné de celle-ci une définition dialectique et surtout d'en avoir proposé une analyse fondée sur l'intervention. L'analyse institutionnelle est donc à la fois une théorie et une pratique de l'institution qui prend sa place dans les courants de la recherche-action ( action-research — R. Hess, […] Lire la suite

FREINET CÉLESTIN (1896-1966)

  • Écrit par 
  • Jacques PAIN
  •  • 1 910 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La classe coopérative »  : […] La coopérative ne s'insère pas plus ou moins harmonieusement dans la vie de la classe, elle est la classe même, écrit Fernand Oury, disciple direct de Freinet et fondateur du mouvement de pédagogie institutionnelle. Matrice démocratique d'apprentissage de « haut niveau », la classe est alors ce laboratoire de savoirs où des élèves en chair et en os cherchent à comprendre le monde. On y écrit beau […] Lire la suite

LAPASSADE GEORGES (1924-2008)

  • Écrit par 
  • Remi HESS
  •  • 1 372 mots

Comme d'autres sociologues français – Gérard Althabe, Pierre Bourdieu, Henri Lefebvre, René Lourau – Georges Lapassade est originaire du Béarn. Né le 10 mai 1924 à Arbus, il gardera, sa vie durant, l'accent de son pays. Il passe une enfance agitée qu'il raconte dans L'Autobiographe (1980). Il fréquente le mouvement des Auberges de jeunesse. Musicien, il joue du piano, de la guitare, de l'accordé […] Lire la suite

OURY FERNAND (1920-1998)

  • Écrit par 
  • Jacques PAIN
  •  • 1 745 mots

Dans une lettre adressée à Fernand Oury en 1972, Daniel Hameline saluait le mouvement de pédagogie institutionnelle que celui-ci avait fondé comme « la réalisation pédagogique française la plus marquante de la seconde moitié du siècle ». Fernand Oury est né le 18 janvier 1920 à Paris, et grandit à La Garenne-Colombes. Lors de sa disparition, le 19 février 1998, Lucien Martin et Jacques Pain avaie […] Lire la suite

PÉDAGOGIE - Le statut

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 5 108 mots

Dans le chapitre « Restaurer la pédagogie »  : […] Il reste que, quoi qu'il en soit des idéaux, quoi qu'il en soit des dépendances multiformes de l'activité éducative, quoi qu'il en soit des lectures multivariées qu'en proposent, en ordre dispersé, les sciences humaines, une discipline est nécessaire qui permette d'articuler ensemble ce qui se dit et ce qui se fait dans le champ de l'éducation. Discipline qui ne peut consister en une « spécialité  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques PAIN, « PÉDAGOGIE INSTITUTIONNELLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pedagogie-institutionnelle/