OURY JEAN (1924-2014)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Figure majeure de la psychothérapie institutionnelle, Jean Oury ne cessait de rappeler qu’il ne savait pas ce qu’était cette thérapie, sinon la « trace d’un “mouvement” qui, pour rester vivant, doit toujours se jouer et se rejouer dans une dialectique concrète ».

Jean Oury naît le 5 mars 1924 à Paris. Son père était ouvrier polisseur chez Hispano-Suiza. Il passe son enfance à La Garenne-Colombes où il rencontre, en 1945, Félix Guattari, de six ans son cadet, qui fut l’élève de son frère Fernand, futur fondateur de la pédagogie institutionnelle. Cet enfant des beaux quartiers de la ville l’accompagnera dans l’aventure de La Borde. Il étudie la médecine et obtient une licence de physiologie générale. En 1947, il fait la connaissance de François Tosquelles et de Jacques Lacan. Il commence avec ce dernier une analyse en 1953 ; elle se poursuivra jusqu’en 1980. Il rejoint Tosquelles à l’hôpital de Saint-Alban en Lozère, berceau de ce que Georges Daumezon, en 1952, nommera « psychothérapie institutionnelle » pour désigner le mouvement qui s’est amorcé dans les années 1940, par la rencontre de la psychiatrie avec la psychanalyse : pour soigner les malades, il convient de soigner d’abord l’hôpital. Après deux ans passés à Saint-Alban mais « valant bien vingt ans ailleurs », lui dit Tosquelles, celui-ci l’envoie en 1949 prendre la direction de la clinique de Saumery, près de Blois. Oury appellera ce séjour son « huis clos » tant il sera décisif. Un conflit avec les propriétaires, opposés à des travaux de réaménagement qu’il considère urgents, le jette avec ses patients sur les routes du Loir-et-Cher. C’est alors qu’il découvre, le 3 avril 1953, le château de La Borde, à Cour-Cheverny, où il fonde la clinique qu’il dirigera jusqu’à sa mort, le 15 mai 2014.

Jean Oury a été membre de l’E.F.P. (École freudienne de Paris) jusqu’à sa dissolution, en 1980, et participera aux nombreux regroupements du mouvement de la psychothérapie institutionnelle – groupe de Sèvres, groupe de travail de psychothérapie et de sociothérapie institutionnelles (G.T.P.S.I.), Société de psychothérapie institutionnelle (S.P.I.), groupe de Brignac, … Son frère, Fernand Oury, fut à l’origine de la pédagogie institutionnelle.

Si Oury s’inscrit dans la lignée de la psychothérapie institutionnelle, pour autant il en repère les prémices dans les débuts de la psychiatrie moderne chez Philippe Pinel aux débuts du xixe siècle, et même avant chez William Tuke, Vincenzo Chiarugi, etc., tous ceux « qui ont eu le souci de transformer la ségrégation ambiante, souvent carcérale, en systèmes ouverts, dans un désir d’“humaniser” les relations, de créer une véritable convivialité thérapeutique ». Il souligne ainsi que la psychiatrie, au-delà de son « service social » ségrégatif, s’est aussi d’emblée conçue, avec Pinel et Jean-Baptiste Pussin (1745-1811) le surveillant de l’asile de Bicêtre qui libéra les aliénés de leurs chaînes comme « traitement moral », telle une possibilité de réhabilitation du « fou », au nom d’une reconnaissance de la subjectivité supposée par la citoyenneté nouvelle de 1789. Cet ancrage historique explique notamment la vive opposition d'Oury à l’antipsychiatrie, car, pour lui, la psychiatrie dans son essence est humaniste ; c’est en devenant carcérale qu’elle s’est rendue oublieuse de ses origines.

La Borde fut le laboratoire où Jean Oury réinventa la psychothérapie institutionnelle, loin de tout dogme. Son séminaire – tenu à La Borde à partir de 1971, puis à Sainte-Anne de 1981 à sa mort – et ses très nombreux articles et ouvrages portent les traces de ses constantes réélaborations. La psychothérapie institutionnelle est ainsi définie comme condition de création d’un champ psychothérapique collectif, à la fois comme pratique et théorie multidimensionnelle impliquant des approches sociale, psychologique, psychanalytique et biologique. La notion de « transfert dissocié » lui est fondamentale en ce qu’elle montre l’impossibilité d’une prise en charge isolée d’un patient psychotique, ce dont rend compte l’expression de « constellation soignante ». Car la pathologie est entretenue par « l’ensemble hospitalier, les habitudes... ». Il s’agit donc de modifier « l’ambiance » [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : psychanalyste, ancien psychiatre des hôpitaux, professeur à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification

Autres références

«  OURY JEAN (1924-2014)  » est également traité dans :

GUATTARI FÉLIX (1930-1992)

  • Écrit par 
  • Yannick OURY-PULLIERO
  •  • 1 225 mots
  •  • 1 média

Né le 30 mars 1930, à Villeneuve-les-Sablons (Oise), Félix Guattari passa son enfance et son adolescence dans une proche banlieue ouvrière de Paris, à La Garenne. Les bouleversements considérables de cette période ont marqué profondément son existence : lui-même faisait très souvent référence à ce qu'il avait baptisé le « complexe de 1936 ». Indirectement touché — vu son jeune âge — par l'éclateme […] Lire la suite

OURY FERNAND (1920-1998)

  • Écrit par 
  • Jacques PAIN
  •  • 1 745 mots

Dans le chapitre « Aux sources de la pédagogie institutionnelle »  : […] Une question préoccupe encore Fernand Oury : Freinet est à la campagne, comment faire de la pédagogie active en ville, dans la « jungle urbaine » en plein développement ? Oury a déjà eu des expériences « de terrain » décisives. En 1949, dans une colonie de vacances d'adolescents ; en 1952 en colonie maternelle ; et en 1953 en institut médico-éducatif, à Herbault. C'est là qu'il « invente » le cons […] Lire la suite

PÉDAGOGIE INSTITUTIONNELLE

  • Écrit par 
  • Jacques PAIN
  •  • 902 mots
  •  • 1 média

La pédagogie institutionnelle date de 1958, du moins son « appellation contrôlée », par les frères Jean et Fernand Oury, au congrès du mouvement Freinet, l'un des principaux mouvements d'éducation nouvelle, qui se tint cette année-là à Paris. Jean Oury se rapporte alors explicitement à la psychothérapie institutionnelle (1952) et à ce mouvement historique de pensée qui vise à resituer l'être hu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain VANIER, « OURY JEAN - (1924-2014) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-oury/