BOURGET PAUL CHARLES JOSEPH (1852-1935)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain qui eut une influence décisive, dans les lettres françaises, au lendemain du naturalisme. Fils du mathématicien Justin Bourget, Paul Bourget passe une enfance solitaire (il perd sa mère à l'âge de cinq ans), studieuse et pieuse à Clermont-Ferrand. Son père étant nommé à Paris, il devient élève du lycée Louis-le-Grand. Passionné de littérature et lecteur infatigable depuis son jeune âge, il passe une licence ès lettres et enseigne comme professeur libre. Il se veut poète et publie trois recueils de vers : La Vie inquiète (1875), Edel (1878) et Les Aveux (1882), où s'exprime un cœur à la recherche de lui-même. Il fréquente tous les cercles littéraires de la capitale, des salons de la haute bourgeoisie et collabore à de nombreuses revues. En 1883, Les Essais de psychologie contemporaine, où il étudie les auteurs qui l'avaient le plus marqué (Renan, Baudelaire, Flaubert, Stendhal, Taine) et qui incarnent les diverses formes du pessimisme moderne, « maladies morales » du temps, le placent au premier rang des critiques littéraires. Ils sont suivis des Nouveaux Essais (1885). Malgré le conseil de Taine qui le pousse à faire carrière dans la critique, Bourget choisit d'écrire des romans. Il devient le maître du roman psychologique avec Cruelle Énigme (1885), Un crime d'amour (1886), André Cornélis (1887), Mensonges (1887) et surtout Le Disciple (1888). Avec ce dernier, il entre dans la voie du roman moral et cette tendance va aller en s'accentuant lorsqu'il se tourne, en 1901, vers le catholicisme qu'il avait abandonné aux alentours de 1867. Paraissent alors : L'Étape (1902), Un divorce (1904), L'Émigré (1907), Le Démon de midi (1914), Le Sens de la mort (1915), Némésis (1918), Un drame dans le monde (1921), Cœur pensif ne sait où il va (1924), Nos actes nous suivent (1927).

Représentant du « roman d'idées », Paul Bourget veut « du pathétique qui fasse penser » : sa première qualité est « l'imagination des sentiments ». Il rejette ainsi le déterminisme physiologique de Zola et s'efforce de saisir les individus dans leur vérité intérieure. Disciple de Taine, pour q [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BOURGET PAUL CHARLES JOSEPH (1852-1935)  » est également traité dans :

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fin du système littéraire symboliste en France »  : […] La fin du système littéraire ne marque pas celle du symbolisme. L'imagination du rythme comme mode de concordance entre l'être et la représentation poursuit sa carrière non seulement chez un Claudel ou un Barrès, mais chez Romain Rolland, Péguy ou Segalen. Le Mercure de France continue de jouer un rôle actif. En revanche, le système se défait, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_9259

VÉRISME

  • Écrit par 
  • André GAUTHIER, 
  • Angélique LEVI
  •  • 5 009 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Naturalisme et vérisme, une filiation contestée »  : […] Si les Français ignorent souvent le vérisme et les quelques authentiques chefs-d'œuvre qu'il a produits, ou ne le considèrent qu'a travers son expression musicale, la critique italienne de son côté a fait montre d'un certain provincialisme, pour ne pas dire de chauvinisme, dans ses jugements sur les rapports du mouvement avec le naturalisme. Les u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verisme/#i_9259

Pour citer l’article

Hélène LACAS, « BOURGET PAUL CHARLES JOSEPH - (1852-1935) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-charles-joseph-bourget/