GORDAN PAUL ALBERT (1837-1912)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Algébriste allemand, né et mort à Erlangeus, Paul Gordan fut pendant plusieurs années employé de banque avant d'entreprendre des études universitaires à Breslau, Königsberg et Berlin, où il suivit des cours de Ernst Kummer sur la théorie des nombres. Après avoir soutenu une thèse de doctorat (1862) sur la géodésie sur les sphéroïdes, il fit un séjour à Göttingen, où travaillait alors Riemann, puis fut invité par R. Clebsch à l'université de Giessen (1863). En 1874, il fut nommé professeur à Erlangen, où il enseigna jusqu'à sa retraite en 1910.

Dans ses travaux mathématiques, la théorie des invariants et les équations algébriques et les groupes de substitution qui y sont associés ont été les principaux centres d'intérêt de Gordan.

Sa très riche collaboration avec Clebsch culmina dans la publication d'un ouvrage commun sur la théorie des fonctions abéliennes (1866). Le livre repose sur le mémoire fondamental de Riemann sur les fonctions abéliennes (1857) et privilégie les méthodes algébriques pour faire progresser la théorie. À la suite de leurs travaux est née une école allemande de géométrie algébrique, dirigée surtout par A. W. von Brill et M. Noether.

Gordan démontra, en 1868, que les invariants de systèmes de formes binaires possèdent une base finie, résultat qui fut étendu, en 1888, par Hilbert aux systèmes de formes d'un ordre quelconque. L'intérêt général pour la théorie commença alors à diminuer un peu.

En théorie des fonctions algébriques, Gordan étudia en collaboration avec Felix Klein (1874-1875) les rapports entre les groupes icosaédriques et les équations du cinquième degré. Il étudia également l'équation du septième degré et le groupe d'ordre 168 et, vers la fin de sa carrière, l'équation du sixième degré et le groupe d'ordre 360.

Paul Gordan dirigea la thèse de Emmy Noether, sa plus éminente élève.

—  Jeanne PEIFFER

Écrit par :

  • : docteur en histoire des cultures, des savoirs et de l'éducation

Classification


Autres références

«  GORDAN PAUL ALBERT (1837-1912)  » est également traité dans :

CLEBSCH RUDOLF FRIEDRICH ALFRED (1833-1872)

  • Écrit par 
  • Jeanne PEIFFER
  •  • 836 mots

Le mathématicien allemand Rudolf Friedrich Alfred Clebsch est né le 19 janvier 1833 à Königsberg (auj. Kaliningrad) et mort le 7 novembre 1872 à Göttingen. Il fit ses études à l'université de sa ville natale (1850-1854). Quoique Jacobi ne donnât plus de cours, l'école qu'il avait fondée était toujours florissante et parmi les professeurs de Clebsch on compte F. Richelot et O. Hesse, élèves de Jaco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-friedrich-alfred-clebsch/#i_80713

Pour citer l’article

Jeanne PEIFFER, « GORDAN PAUL ALBERT - (1837-1912) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-albert-gordan/