BOKANOWSKI PATRICK (1943- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'instar du Canadien d'adoption Norman McLaren dans son pays, Patrick Bokanowski, né à Alger en 1943, a longtemps fait figure de seul cinéaste expérimental français compris par une large frange de spectateurs et de critiques. Artisan pugnace, ennemi de toute orthodoxie, l'auteur de L'Ange est une sorte de démiurge qui a suscité de nombreuses sympathies, sans pour autant chercher à imposer une doctrine ou à faire des émules.

Patrick Bokanowski étudie, jusqu'en 1970, la photographie, l'optique, la chimie et le dessin avec le peintre Henri Dimier auquel il consacre un documentaire très personnel, La Part du hasard (1984). Dans un texte paru en 1991, Réflexions optiques, Bokanowski préconise, pour atteindre à une autre vision que celle propagée par le cinéma traditionnel, d'intervenir sur la construction même des caméras et des objectifs. En quelque sorte, il s'agit de tout reprendre à la base en s'attaquant à l'instrument lui-même. Cette dimension à la fois artisanale et utopiste est essentielle pour comprendre l'art poétique de cet innovateur singulier.

Ce qui fait la fascination du cinéma de Bokanowski, dès La femme qui se poudre, son premier court-métrage (1972), c'est qu'il déforme et reforme tout : la prise de vue, l'aspect des acteurs, le maquillage, les décors, l'émulsion du film... Chez lui, l'espace et le temps deviennent des données plastiques avec lesquelles il joue pour tisser de subtiles passerelles entre le visible, la vision et le rêve ou le cauchemar.

Ses films ne sont pas narratifs tout en demeurant en majeure partie figuratifs. Ils ne comportent pas de dialogues mais des structures musicales, généralement façonnées par Michèle Bokanowski, l'épouse de l'artiste, qui en renforcent la prégnance hypnotique. Ce qui meut ces œuvres singulières, à travers une carrière qu'on peut arbitrairement séparer en trois étapes, c'est la volonté de dresser une cartographie d'une sensibilité plastique nouvelle où vision du monde et réflexion sur le travail du cinéaste forment un tout.

On distingue d'abord une phase onirique, élaborée en studio et antinaturaliste, qui comprend La femme qui se poudre, Déjeuner du matin (1974) et un unique long-métrage, L'Ange (1982) ; une période de détournement du réel avec essentiellement La Plage (1992) et Au bord de la mer (1994) ; le travail, enfin, sur une matière théâtralisée avec Éclats d'Orphée (2002) et Le Canard à l'orange (2002). Des passerelles existent entre toutes ces œuvres, comme on le voit encore avec Le Rêve éveillé (2003) et Battements solaires (2008).

Si les films de Bokanowski utilisent une très vaste palette de stratégies esthétiques (filmage image par image, sur et sous exposition des plans, ralentissements et accélérations du mouvement, interventions chimiques sur l'émulsion...), ils se présentent toujours comme des rêves éveillés, dotés d'une logique interne où l'on oublie la technique pour se laisser hypnotiser par ces hallucinations sur pellicule de facture sophistiquée. On y note de nombreuses références : un éclairage à la Rembrandt, des distorsions de visages qui rappellent les toiles de Francis Bacon, une animation saccadée de motifs grotesques et burlesques qui renvoie à l'école polonaise rendue célèbre par Jan Lenica ou Walerian Borowczyk. Bokanowski imagine aussi une panoplie de figures récurrentes relevant d'un univers typiquement surréaliste (le géomètre, l'acteur qui se maquille, le bibliothécaire), où les gros plans de visages non identifiables sont souvent doublés de plans très éloignés de minuscules ombres gesticulantes.

L'auteur affirme privilégier la vision sur le sens et/ou le message. Pourtant, L'Ange, à défaut de développer une narration, n'en donne pas moins une trajectoire à son récit. On perçoit vite qu'il s'agit d'une ascension au cours de laquelle divers personnages, déjà plus ou moins présents dans les premiers courts-métrages, se livrent à divers mimodrames : un bretteur s'échine autour d'une poupée de chiffon, une servante apporte à un convive des cruches de lait qui se brisent systématiquement, des bibliothécaires se débattent dans un capharnaüm digne de Kafka. Toutes ces séquences semi-autonomes se disposent autour d'un escalier qu'on gravit. Plus on se rapproche du haut, plus la lumière et ses rayons deviennent intenses. On aperçoit, vers la fin, le dos d'un êt [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BOKANOWSKI PATRICK (1943- )  » est également traité dans :

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'animation

  • Écrit par 
  • Bernard GÉNIN, 
  • André MARTIN
  •  • 17 835 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le long-métrage d'animation au tournant du XXe siècle »  : […] Pendant des décennies, le marché du long-métrage d'animation s'est quasi limité aux seules productions des studios Disney. Mais après la mort de « Citizen Walt », en 1966, on s'aperçoit que, d'année en année, la qualité des films baisse. Tout change au milieu des années 1980, avec l'apparition de nouveaux cadres, décidés à rajeunir leurs équipes et à intensifier la production. Dès lors, la célèbr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raphaël BASSAN, « BOKANOWSKI PATRICK (1943- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/patrick-bokanowski/