DUSAPIN PASCAL (1955- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la radicalité à l’expressivité

Ce qui passionne Dusapin ? La dialectique, la trace de la pensée dans la musique, l'approche – par l'organique formalisé – d'une musique qui serait la représentation « réfléchissante » du concept musique.

Cette recherche, ne lui faisant nier ni les exigences du matériau ni celles de la pensée discursive, le place (bien qu'il s'en défende) parmi les compositeurs « intellectuels » et formalistes.

Le style de ses débuts, à la radicalité violente (dans ses procédés d'écriture), aux timbres brutalement antagonistes, au contrepoint rythmique aussi complexe qu'austère, à la polyphonie brisée (par des hauteurs en perpétuels glissements), a laissé peu à peu la place à un langage plus épuré, plus expressif et recherchant une adhésion auditive plus immédiate (en réintégrant notamment des gestes musicaux « tonals » et les consonances).

Son opéra Roméo et Juliette (sur un livret d'Olivier Cadiot, 1988) est représentatif de l'esthétique nouvelle adoptée par Dusapin.

Dans le catalogue très abondant de ce créateur, citons, parmi ses premières œuvres : Souvenir du silence, pour treize cordes solistes (1976), Igitur, pour voix de femmes, sept cuivres et six violoncelles (1977), Timée, pour orchestre (1978), Le Bal, pour ensemble (1979), son triptyque (datant de 1980) réunissant Musique fugitive, pour trio à cordes, Musique captive, pour neuf instruments à vent, et Inside, pour alto seul, sans oublier Tre Scalini, pour orchestre (1982), qui clôt une première période créatrice s'ouvrant sur de nouvelles perspectives avec Niobé (ou le Rocher de Sypile), pour soprano solo, douze voix mixtes et huit instrumentistes (1982).

Dusapin a beaucoup écrit pour de très petites formations inhabituelles ou pour instruments solistes (chacune de ces œuvres porte dans son titre un « I » initial) : To God, pour soprano et clarinette (ou saxophone soprano ; 1985), Mimi, pour deux voix de femme, hautbois, clarinette basse et trombone (1987), Anacoluthe, pour voix de femme, clarinett [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Classification

Les derniers événements

France. Entrée au Panthéon de Maurice Genevoix. 11 novembre 2020

à cette occasion six sculptures du plasticien allemand Anselm Kiefer, installées dans le Panthéon. Cette inauguration est accompagnée d’une œuvre sonore du compositeur Pascal Dusapin. L’événement coïncide avec le centième anniversaire de l’inhumation du Soldat inconnu sous l’Arc de triomphe, à Paris. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « DUSAPIN PASCAL (1955- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pascal-dusapin/