PARTICIPATION, théologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au sens théologique, la participation désigne le rapport de la créature au Créateur, la façon dont l'esprit reste lié à Dieu, qui lui est présent bien que transcendant et auquel il ne cesse d'être uni, bien que le Dieu dont il dépend ne dépende pas de lui, bien que le Dieu dont l'homme est l'image ne soit pas à l'image de l'homme. L'intérêt de cette notion pour le théologien vient de ce que, sans elle, Dieu ne pourrait être ni affirmé ni défini. S'il n'existe aucune relation de l'homme à Dieu, on ne voit pas comment la raison, dans l'ordre naturel, pourrait s'assurer de l'existence de Dieu, tenter de dire ce qu'il est ou ce qu'il n'est pas, ni comment la religion, dans l'ordre surnaturel, pourrait prétendre qu'une société avec lui, une union par grâce seraient possibles. C'est pourquoi les théologiens parlent d'une participation fondamentale, qui n'est autre que le lien de dépendance du créé par rapport au Créateur, et d'une participation gracieuse qui suppose que Dieu se donne librement à ses créatures spirituelles. Sur le plan logique et philosophique, cette conception théologique fait difficulté. Les logiciens ne connaissent que des relations qui jouent réciproquement entre les termes ; or, la relation de participation est non réciproque : elle relie l'homme à Dieu, mais l'absolu, le non-relatif ne peut être référé à l'homme. Les philosophes estiment équivoque toute ontologie où l'absolu et le relatif appartiennent à une communauté de genre. L'effort des théologiens, quand ils sont avertis de ces écueils, consiste à montrer l'impossibilité de parler de Dieu sans emprunter le langage des relations (ou de la participation) et à tenir que ces modes d'expression, inadéquats en eux-mêmes, sont au service d'une visée dynamique et vécue qui dépasse les représentations par lesquelles elle passe.

—  Henry DUMÉRY

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  PARTICIPATION, théologie  » est également traité dans :

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 454 mots

Dans le chapitre « Les domaines de l'analogie »  : […] Entées sur un complexe de textes hétérogènes, pénétrées d'influences contradictoires, travaillées par des problèmes partiellement étrangers à l'univers d'Aristote, les principales théories médiévales de l'analogie se sont édifiées soit dans un sens « avicennien », soit dans un sens « averroïste ». Le composant avicennien prédomine dans toutes les théories qui font de l'analogie un sous-ensemble de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analogie/#i_3961

GRÉGOIRE DE NYSSE saint (330 env.-env. 395)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 874 mots

Dans le chapitre « Le mystique »  : […] Pour Grégoire, comme pour Origène, le progrès dans la vie spirituelle correspond aux étapes successives que constituent les trois parties de la philosophie : l'éthique, qui ébauche la purification de l'âme ; la physique, qui lui apprend à dépasser le monde sensible ; la métaphysique, qui la fait pénétrer dans le monde intelligible et prendre contact avec le divin. Trois livres de la Bible correspo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregoire-de-nysse/#i_3961

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « PARTICIPATION, théologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/participation-theologie/