PARSIFAL (R. Wagner)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Argument

L'action se déroule dans une époque légendaire.

Acte I. Dans une clairière, près du château du Graal, à Montsalvat, le vieux Gurnemanz (basse) et ses deux écuyers font leur prière matinale. C'est l'heure où le roi Amfortas (baryton), rongé par un mal incurable, vient prendre un bain pour apaiser ses douleurs. Gurnemanz sait que seul un élu, pur et naïf, pourra le sauver (« Durch Mitleid wissend, der reine Tor ; harre sein, den ich erkor » : « La pitié instruit le Pur, l'Innocent. Attends celui que j'ai choisi »). Soudain, une femme mystérieuse, presque sauvage, fait irruption. C'est Kundry (soprano), qui remet à Gurnemanz un baume apaisant destiné au roi, baume qu'elle est allée chercher dans des régions si reculées du monde qu'aucun des chevaliers du Graal ne les a jamais fréquentées. Épuisée par sa course, elle s'allonge à terre comme un animal, refusant tout remerciement. Les écuyers, qui la détestent, lui imputent le malheur du roi. Mais Gurnemanz atteste de son dévouement à l'égard de la confrérie et rappelle que ce n'est que pendant l'absence de Kundry que la communauté a été frappée de malheurs : Amfortas, alors parti combattre le maléfique Klingsor, qui lui avait dérobé la lance sacréesacrée (« O, wunden-wundervoller heiliger Speer ! » : « Cause de tant de plaies, de tant de miracles, oh, sainte lance ! »), a été séduit par une femme dont l'extraordinaire beauté l'a mis à la merci de son ennemi et a provoqué sa blessure. Tout à coup, on entend des cris : on vient d'arrêter un jeune homme qui a tué un cygne, animal pourtant sacré dans le domaine du Graal. Ce jeune homme (Parsifal, ténor), ne connaît en outre ni son nom ni son origine. Gurnemanz, pressentant en lui cet être pur et innocent dont a parlé l'oracle, le mène assister à la cérémonie du Graal. Comme par enchantement, la forêt se transforme en temple. Les chevaliers sont réunis autour d'Amfortas (« Zum letzten Liebesmahle gerüstet Tag für Tag » : « Nous sommes prêts jour après jour pour le dernier repas d'amour »). Son père Titurel (basse) lui donne l'ord [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure et de Sciences Po Paris, assistant à l'université Marc Bloch (Strasbourg), critique musical

Classification

Pour citer l’article

Timothée PICARD, « PARSIFAL (R. Wagner) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/parsifal-r-wagner/