PARONOMASE, rhétorique

La paronomase est fondée sur le rapprochement des mots de significations distinctes et dont l'équivalence sonore est presque totale (plus totale que celle des figures apparentées comme l'assonance, la rime, l'allitération ou l'homéotéleute, mais moins totale que celle des homonymes). Connue depuis l'Antiquité — elle s'appelle adnominatio en latin —, la paronomase fut en vogue à la Renaissance. Rabelais exploite dans Gargantua l'effet de la fausse étymologie qui est à la base de cette antanaclase : « Troubler ainsi le service divin ; — Mais (dist le moyne) le service du vin [...]. » Pétrarque s'en sert pour « raviver une présence indicible », celle de Laura, dont le nom n'est jamais prononcé, seulement évoqué dans le Canzoniere, comme le remarque François Rigolot dans Poétique et onomastique. Il cite ces vers : « L'aura, che'l verde lauro e l'aureo crine/Soavemente sospirando move » (sonnet CCXLVI).

—  Véronique KLAUBER

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Véronique KLAUBER, « PARONOMASE, rhétorique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paronomase-rhetorique/