PARMÉNION (-400 env.--330)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né après 400 avant J.-C., le général macédonien Parménion n'apparaît dans les textes qu'en 356 avant J.-C. : tandis que Philippe II assiège Potidée, on le voit remporter à l'est du royaume une victoire décisive sur le roi illyrien Grabos. C'était d'ailleurs le meilleur chef macédonien de l'aveu même de Philippe.

Dix ans plus tard (346 av. J.-C.), on retrouve Parménion en Thessalie, assiégeant Halos, révoltée contre Pharsale. En 342 avant J.-C., tandis que Philippe opère en Thrace, Parménion établit dans plusieurs cités d'Eubée des régimes tyranniques dévoués à la Macédoine. Il se heurte toutefois à la résistance organisée par Callias de Chalcis, soutenu par Athènes. En 341-340 avant J.-C., il opère encore en Thrace avant de recevoir, en 336, le commandement du corps expéditionnaire chargé de préparer le passage de Philippe en Asie. Il remporte alors des succès bientôt suivis de revers, lorsque les Perses lui opposent l'habile Memnon de Rhodes.

À ce général expérimenté, jouissant de sa confiance, Philippe donna aussi des missions diplomatiques, dont les négociations qui aboutirent, en 346 avant J.-C., à la paix de Philocrate. Mais il n'est pas certain que Parménion reconnaissait en Alexandre le successeur naturel au trône de Macédoine. Sa faveur allait plutôt au cousin de Philippe, le fils de Perdiccas III, Amyntas, qui paraît l'avoir accompagné en Asie. Parménion avait d'autre part pour gendre Attale, oncle d'une Cléopâtre que Philippe avait épousée après avoir renvoyé Olympias, la mère d'Alexandre. Or Attale était hostile au jeune prince, dont Parménion pouvait redouter l'avènement. De fait, après l'assassinat de Philippe (336 av. J.-C.), il paraît avoir hésité. Mais, opportuniste, il ne s'opposa ni à l'exécution d'Attale ni à celle d'Amyntas, récoltant les fruits de sa passivité. Alexandre parut lui accorder sa confiance, faisant de lui son second et donnant à son fils aîné Philotas, dont il se méfiait pourtant, les prestigieuses fonctions d'hipparque (chef de la cavaler [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : correspondant de l'Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres), professeur de langue et littérature grecques à l'université de Nancy-II

Classification

Pour citer l’article

Paul GOUKOWSKY, « PARMÉNION (-400 env.--330) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/parmenion/