PARIS-SOIR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondé en 1923 comme feuille du soir à tendance de gauche par Eugène Merle, Paris-Soir eut d'abord une vie difficile : ses tirages ne dépassèrent qu'occasionnellement les 100 000 exemplaires ; en sept ans, il changea cinq fois de commanditaires et de ligne politique.

Jean Prouvost (né en 1885), industriel du textile du Nord intéressé par la presse, avait appris à « faire un journal » avec Paris-Midi qu'il avait acheté en 1924 et dont il avait porté le tirage de 4 000 à 80 000 exemplaires. Le 16 avril 1930, il racheta Paris-Soir qui tirait alors à quelque 60 000 exemplaires : il en fit, en dix ans, le plus grand journal français, dépassant largement Le Petit Parisien. Dès la fin de 1932, Paris-Soir tirait à 500 000 exemplaires, à 1 million en 1934, à 1,7 million en 1939, à 2 millions en 1940. À la veille de la guerre, Jean Prouvost possédait aussi un magazine féminin, Marie-Claire, fondé en 1937, et un hebdomadaire illustré, Match, relancé en 1938. Ces deux publications tiraient chacune à plus de 1 million d'exemplaires et avaient réalisé, dans le monde des périodiques, une révolution comparable à celle de Paris-Soir dans le monde des quotidiens.

Ces succès tenaient à de multiples raisons. D'abord aux qualités d'administrateur et de gestionnaire de Jean Prouvost qui lui-même sut s'entourer de collaborateurs de talent, tels les journalistes Gabriel Perreux, Raymond Manevy, Pierre Lazareff, le photographe Paul Renaudon, ou l'administrateur Paul Gemon. Ensuite aux moyens financiers dont disposait le groupe, grâce aux capitaux familiaux et à ceux des papeteries et sucreries Beghin, à des méthodes de gestion et de promotion modernes en partie inspirées de celles des grandes entreprises de presse anglo-saxonnes, mais aussi à une appréciation exacte des goûts et des besoins de la clientèle. Paris-Soir, fort de son indépendance économique et politique, pratiqua un journalisme nouveau : l'illustration prit une place essentielle dans ce « quotidien d'informations illustrées » dont la mise en pages aérée, aux grands titres, bouleversa les habitudes françaises ; la petite [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université Panthéon-Assas

Classification


Autres références

«  PARIS-SOIR  » est également traité dans :

FRANCE-SOIR

  • Écrit par 
  • Christine LETEINTURIER
  •  • 566 mots

Le 7 novembre 1944, France-Soir paraît pour la première fois, sous le double titre France-Soir - Défense de la France ; ce dernier était celui d'un organe clandestin fondé en 1942 par Robert Salmon et Philippe Viannay. France-Soir va reprendre les installations de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-soir/#i_26830

PROUVOST JEAN (1885-1978)

  • Écrit par 
  • Jacqueline PUYAU
  •  • 1 117 mots

Paris-Midi – 4 000 exemplaires ; il va, en six ans, y roder une formule coup de poing, conjuguant politique commerciale et politique rédactionnelle (avec, déjà, Pierre Lazareff et Hervé Mille), qui le conduira au succès. Paris-Midi tire à 100 000 exemplaires quand son propriétaire et rédacteur en chef rachète Paris-Soir en 1930 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-prouvost/#i_26830

Pour citer l’article

Pierre ALBERT, « PARIS-SOIR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paris-soir/