PAÑCHATANTRA ou PAÑCATANTRA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis les temps les plus archaïques, contes et fables tiennent une place importante dans les diverses littératures indiennes. C'est que l'apologue, la parabole, la comparaison jouissent dans la tradition de l'Inde d'une plus grande faveur que la démonstration. On a donc toujours affaire à des récits relativement brefs dont le déroulement est fonction de la morale qui apparaît au début ou à la fin du texte. De plus, la forme habituelle est « à tiroirs » : une histoire sert de cadre à toute une série de contes qui s'emboîtent les uns dans les autres à la manière des poupées russes. Il s'agit en fait d'assurer l'unité du recueil qui doit apparaître comme une œuvre cohérente, non comme une simple collection de morceaux juxtaposés. Les plus anciens de ces recueils sont, d'une part, la Jātakamālā (Guirlande des vies), œuvre en pāli où sont relatées les vies des personnages (hommes et animaux) qui devaient finalement devenir le Buddha « historique », d'autre part, le Pañchatantra (Pañcatantra). Ce dernier est, très probablement, le plus ancien des deux puisqu'on le situe aux tout premiers siècles de notre ère, alors que la Jātakamālā daterait du ve siècle au moins sous la forme dans laquelle elle nous a été conservée. Il est d'ailleurs remarquable que, malgré la faveur dont jouissait alors le bouddhisme dans l'Inde du Nord, ce soit justement le Pañchatantra qui ait été traduit en des langues étrangères et massivement diffusé hors de l'Inde. D'abord traduit en pehlevi pour le compte d'un empereur iranien du vie siècle, il est bientôt transcrit en hébreu, en syriaque, en grec, en arabe, puis en latin. À partir de ces versions, toute une littérature fleurira en Occident grâce à laquelle les contes du Pañchatantra, profondément remaniés et adaptés aux conditions nouvelles, s'intégreront pleinement au trésor culturel des peuples d'Europe : La Fontaine se souviendra encore que la source de certaines de ses fables est « le livre d'un sage de l'Inde ».

Le Pañchatantra se présente comme une instruction donnée à un personnage important sur la manière de conduire ses affaires, les raisonnements étant remplacés par des apologues significatifs. Tout porte à croire, d'ailleurs, que la conception originale de l'œuvre fut celle d'une illustration des thèses majeures de l'Arthaśāstra de Kautilya (traité d'économie politique du ~ ive s.). La rédaction qu'on en possède paraît être, en effet, une sorte de résumé populaire d'un recueil « savant » perdu de longue date.

L'ensemble est ordonné en cinq (pañca) livres (tantra), chacune de ces parties constituant une pièce de l'enseignement : l'auteur (un certain Vishnu Sharman, dont on ne sait rien) montre d'abord (Ier Livre) les malheurs entraînés par « la discorde entre alliés » ; ensuite (IIe Livre), il enseigne comment « gagner des amis » ; à partir de là, il explique comment doivent s'organiser « la guerre et la paix » (IIIe Livre) et termine par deux livres que l'on pourrait qualifier de pessimistes s'ils n'étaient pas, en fait, destinés à montrer ce qu'il faut éviter, « la perte de l'acquis » (IVe Livre) et « les conséquences des actes irréfléchis » (Ve Livre). Il est vrai, d'ailleurs, que la « morale » du Panchatantra est, comme celle de l'Arthaśāstra, à base de cynisme et donc de pessimisme : les hommes (ou leurs représentants animaux) sont foncièrement mauvais, leurs conduites sont empreintes de cupidité, d'avarice, de mesquinerie ; le désir de nuire ou la naïveté imbécile déterminent presque toutes les actions, et ceux qui tentent de faire le bien pour lui-même sont à coup sûr les victimes des habiles. Pareil en cela aux fables de La Fontaine ou aux récits du Roman de Renart, le Pañchatantra met en scène une « ample comédie aux cent actes divers » : les personnages sont parfois des humains (le nigaud trompé par sa femme), mais plus souvent des animaux ; lions, tigres, loups, serpents, oiseaux, etc. jouent leur partie avec, pour figure principale, le chacal (devenu le renard en Occident) ; le chacal symbolise l'astuce sans scrupule, source assurée du succès tant pour lui-même que pour celui qui l'emploie : c'est évidemment le « ministre idéal » dont Kautilya recommande l'engagement par le prince.

Cette œuvre (en prose mêlée de vers) nous renseigne sur la vie quotidienne de l'Inde aux alentours de l'ère chrétienne et sur les mentalités des gens du peuple (artisans, paysans, marchands) aussi bien que des personnages de cour (les rois, leurs gouvernements, leurs plaisirs). À ce titre, le Pañchatantra peut être considéré comme une œuvre maîtresse de la littérature indienne classique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Autres références

«  PAÑCHATANTRA ou PAÑCATANTRA  » est également traité dans :

APOLOGUE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 443 mots

La narration d'une anecdote à personnages animaux, ou parfois végétaux, agissant et parlant comme les humains et, le cas échéant, en leur compagnie, a toujours servi à illustrer des leçons de prudence ou de morale pour les hommes. Le genre, préexistant à la notion de genre, plonge ses racines à la fois dans la nuit des temps et dans l'infralittérature. Tout éternel qu'il paraisse, il présente en o […] Lire la suite

FABLE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 3 264 mots

Dans le chapitre « Chacal sanskrit et fourmi malgache »  : […] Un des recueils le plus souvent cités dans les histoires de la fable est le Pañchatantra , ou les « Cinq Livres » de la sagesse, dont le noyau primitif date vraisemblablement du début de notre ère. Il s'agit de contes d'animaux qui ont été recueillis dans l'Inde méridionale, le Cachemire et le Népal et qui se sont transmis et augmentés par d'innombrables versions, syriaques, arabes, hébraïques, la […] Lire la suite

SANSKRITES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 973 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les belles-lettres »  : […] La formation du pandit est nourrie de poésie. Il apprend par cœur les chefs-d'œuvre, retient nombre de vers gnomiques, de beaux exemples, de mots appropriés à toutes circonstances. Le pandit reste marqué par cette formation. S'il ne devient pas pur poète, il l'est toujours quelque peu, quelle que soit sa spécialité. Il n'est pas de discipline, de technique, où l'expression ne soit pas ornée d'une […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « PAÑCHATANTRA ou PAÑCATANTRA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pancatantra/