TOGLIATTI PALMIRO (1893-1964)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formé dans l'ardent foyer d'idées qu'est Turin avant la Première Guerre mondiale (il y devint secrétaire de la section socialiste), Palmiro Togliatti est, en 1919, rédacteur en chef de l'Ordine nuovo, organe de la tendance d'Antonio Gramsci et point de ralliement de l'aile communisante du Parti socialiste. Après la session du Congrès de Livourne (1921), il adhère au Parti communiste italien (P.C.I.), dont il deviendra, en 1924, membre du comité central et directeur de la publication Il Communista. Au lendemain de la marche sur Rome (1922), il est plusieurs fois molesté et arrêté. Lors des lois exceptionnelles de 1926, Togliatti, qui, au moment de leur promulgation, séjourne à Moscou et participe à une réunion du Komintern, échappe à la répression qui décime l'état-major communiste ; son exil va durer dix-huit ans. Il vit en Suisse, puis se fixe à Paris, où il publie, sous des pseudonymes (Mario Correnti, Ercole Ercoli), des écrits antifascites et édite la revue idéologique Lo Stato operaio, fondée en 1927. Secrétaire général du P.C.I., il fait prévaloir, au Congrès de Cologne (1931), la thèse de la priorité à la propagande intérieure en Italie. Il mène, parallèlement, une carrière de dirigeant international comme membre du comité exécutif du Komintern. Au VIIe congrès du Komintern (1935), avec Dimitrov, il préconise la politique des fronts populaires groupant les forces antifascistes. Il est chargé des relations avec les divers partis communistes et accomplit une mission pendant la guerre d'Espagne (1937-1939). Arrêté par la police française au début de la Seconde Guerre mondiale, il part pour l'U.R.S.S.

Après l'occupation de la Sicile par les forces alliées en 1943, sachant qu'une révolution socialiste en Italie a peu de chances de réussir, le Parti communiste italien accepte, afin de conserver et d'accroître les avantages acquis, de collaborer avec la monarchie : en ma [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TOGLIATTI PALMIRO (1893-1964)  » est également traité dans :

BERLINGUER ENRICO (1922-1984)

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES
  •  • 1 745 mots

Dans le chapitre « Une ascension rapide »  : […] Né à Sassari le 25 mai 1922 dans une famille d'intellectuels imprégnée de culture « risorgimentale » et socialiste, il entre en contact très jeune avec le mouvement antifasciste. Inscrit en 1944 au Parti communiste italien (P.C.I.), il y fait une carrière rapide. Secrétaire général de la Fédération de la jeunesse communiste de 1949 à 1956 et présid […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enrico-berlinguer/#i_13550

GRAMSCI ANTONIO (1891-1937)

  • Écrit par 
  • Hugues PORTELLI
  •  • 4 470 mots

Dans le chapitre « Du léninisme à l'antifascisme »  : […] Au lendemain de la controverse avec Tasca sur les rapports entre conseils et syndicats, Gramsci se retrouve isolé au sein du socialisme turinois. La majorité de l'aile révolutionnaire soutient les positions intransigeantes du courant « abstentionniste » (hostile à la participation aux élections) d'Amedeo Bordiga, et sa principale minorité (Togliatt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-gramsci/#i_13550

ITALIE - La vie politique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES, 
  • Marc LAZAR
  • , Universalis
  •  • 31 392 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le P.C.I. au défi du centre gauche »  : […] Sous la pression des événements internationaux et nationaux, le processus de révision commencé en 1956 s'accélère. En témoigne la publication dès la mort de Togliatti, en août 1964, de son testament politique, le mémorandum de Yalta, qui revendique, au nom des voies nationales vers le socialisme, l'autonomie de chaque parti au sein d'un mouvement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-la-vie-politique-depuis-1945/#i_13550

LONGO LUIGI (1900-1980)

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES
  •  • 1 058 mots

Un des fondateurs du Parti communiste italien. Luigi Longo, fils de paysans pauvres du Piémont (il est né à Fubine Monferrato le 15 mars 1900), appartient à l'aile scissionniste du Parti socialiste qui, en 1921, créa le Parti communiste d'Italie. Il est le premier secrétaire de la Fédération des jeunes et sa vie se confond avec celle du parti dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luigi-longo/#i_13550

PARTI COMMUNISTE ITALIEN (P.C.I.)

  • Écrit par 
  • Paul-Jean FRANCESCHINI
  •  • 1 304 mots
  •  • 1 média

Celui qui devint « le plus puissant parti communiste du monde non communiste » avait été fondé au congrès de Livourne en 1921. Le Parti communiste italien (P.C.I.) ne regroupe d'abord que la minorité ultragauche du Parti socialiste dirigé par Amadeo Bordiga et le groupe qui, autour d'Antonio Gramsci , avait publié à Turin la revue Ordine nuovo . Au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parti-communiste-italien/#i_13550

Pour citer l’article

Paul GUICHONNET, « TOGLIATTI PALMIRO - (1893-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/palmiro-togliatti/