VÉNITIENS PALAIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Escalier des Géants du palais des Doges

Escalier des Géants du palais des Doges
Crédits : Francesco Turio Bohm, Bridgeman Images

photographie

Palais Balbi, Venise

Palais Balbi, Venise
Crédits : Francesco Turio Bohm, Bridgeman Images

photographie

Palais Dario, Venise

Palais Dario, Venise
Crédits : David Lees, Bridgeman Images

photographie

Palais Grimani, Venise

Palais Grimani, Venise
Crédits : Francesco Turio Bohm, Bridgeman Images

photographie

Tous les médias


Dans les dernières années du xve siècle — en 1495 — « la plus belle rue qui soit au monde et la mieux maisonnée » était, pour Philippe de Commynes, le Grand Canal de Venise. Aujourd'hui encore, malgré l'usure du temps et les réfections abusives, on comprend, en suivant cette « rue » au fil de l'eau, l'admiration éblouie du chroniqueur français.

Le premier palais des Doges, construit en 814, était, pense-t-on, flanqué de tours et entouré de fossés. Mais, dès que s'affirme l'indépendance politique de la cité et sa domination sur l'Adriatique, les ouvrages défensifs font place aux éléments décoratifs, les murailles s'ouvrent en loggias et en portiques, les créneaux deviennent des dentelles de pierre. L'édifice qui accueille en 1116 l'empereur Henri V, puis, en 1177, Frédéric Barberousse n'est plus une forteresse mais bien un palais.

Escalier des Géants du palais des Doges

Escalier des Géants du palais des Doges

Photographie

Escalier des Géants, palais des Doges, Venise. Architecte : Antonio Rizzo. Statues de Mars et de Neptune par Jacopo Sansovino. 

Crédits : Francesco Turio Bohm, Bridgeman Images

Afficher

La configuration type de la demeure vénitienne s'élabore dans le même temps. Ce n'est ni un château ni une maison fortifiée comme dans les autres villes d'Italie. La forme oligarchique du gouvernement rend sans objet les rivalités belliqueuses pour la conquête du pouvoir tandis que l'activité commerciale et le trafic maritime imposent une formule architecturale « ouverte », sur le canal, sur l'Adriatique : la demeure patricienne est aussi un entrepôt (fondaco). Le portique en est l'élément essentiel et, par là, elle tient finalement son origine de la villa antique. Les tours, lorsqu'elles existent, interviennent seulement comme élément de rythme et d'ornement : il n'en subsiste bientôt qu'un reflet, une « projection plane » dans les travées latérales relativement fermées de la façade, entre lesquelles s'insère le corps central ajouré par les arcatures du portique et des loggias superposées. Ainsi se définit l'ordonnance tripartite du palais vénitien, que l'on retrouve, de siècle en siècle, sous-jacente à l'évolution des styles.

Palais Balbi, Venise

Palais Balbi, Venise

Photographie

Façade du palais Balbi, Venise. XVIe siècle. 

Crédits : Francesco Turio Bohm, Bridgeman Images

Afficher

La configuration même du sol, fragmenté en îlots, ne permettant pas le déploiement du vaste cortile à la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  VÉNITIENS PALAIS  » est également traité dans :

CODUSSI MAURO (1440-1504)

  • Écrit par 
  • Catherine CHAGNEAU
  •  • 115 mots

Originaire de Bergame, Mauro Codussi fut l'un des premiers architectes de la Renaissance vénitienne. Dès la construction de San Michele in Isola (1468), il proposa une interprétation cohérente des principes albertiens qu'il développa à San Zaccharia (1480), à Santa Maria Formosa (1492) et à San Giovanni Crisostomo (1497) ainsi qu'à la Scuola San Giovanni Evangelista. Il dessina les Procuratie Vecc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mauro-codussi/#i_45241

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « VÉNITIENS PALAIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/palais-venitiens/