MEYERHOF OTTO (1884-1951)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Biochimiste allemand, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1922 (conjointement à Archibald V. Hill) pour ses travaux sur le métabolisme musculaire.

Otto Meyerhof est né le 12 avril 1884 à Hanovre. Ses études sur les enzymes qui conditionnent la glycolyse (utilisation du glucose comme source énergétique) restent à la base de notre compréhension du fonctionnement musculaire.

Après avoir reçu son diplôme de docteur en médecine à l'université d'Heidelberg, en 1909, Otto Meyerhof a occupé divers postes en physiologie et chimie physique à Kiel, ainsi que dans d'autres universités allemandes. De 1929 à 1938, il dirige le département de physiologie à l'Institut de recherche médicale Kaiser Wilhem (aujourd'hui Institut Max-Planck), à Heidelberg. Après un séjour de deux ans à Paris, il devient professeur-chercheur à l'université de Pennsylvanie. Il a donné de nombreuses conférences en Grande-Bretagne et aux États-Unis et a écrit les The Chemical Dynamics of Life Phenomena en 1924. Il meurt le 6 octobre 1951 à Philadelphie (Pennsylvanie).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  MEYERHOF OTTO (1884-1951)  » est également traité dans :

GLUCIDES

  • Écrit par 
  • Jean ASSELINEAU, 
  • Charles PRÉVOST, 
  • Fraidoun SHAFIZADEH, 
  • Melville Lawrence WOLFROM
  •  • 10 646 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Étapes »  : […] –  Phosphorylation du glucose  : L'utilisation du glucose fait intervenir, dès le premier stade, un processus de phosphorylation : le catabolisme du glucose se fait presque toujours sous forme de dérivés contenant au moins un groupement ester d'acide phosphorique. Le rôle fondamental joué par les dérivés phosphorylés a été établi par les travaux de O. Meyerhof, A. Harden, W. J. Young, entre 1900 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glucides/#i_96610

GLYCÉMIE

  • Écrit par 
  • Jack BAILLET, 
  • Universalis
  •  • 3 642 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les lieux du métabolisme glucidique »  : […] Les lieux du métabolisme glucidique comprennent deux plaques tournantes essentielles (la cellule hépatique et la cellule graisseuse) et un lieu privilégié d'utilisation (la cellule musculaire). Les études biochimiques fondamentales, réalisées in vitro, consistent à analyser les modifications, en fonction du temps, que subissent différentes substances au contact de broyats tissulaires. Le foie peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glycemie/#i_96610

MÉTABOLISME ET PHOSPHORYLATIONS

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 213 mots

Les Britanniques Arthur Harden et William Young avaient démontré, en 1905, que la fermentation alcoolique en milieu acellulaire consommait du phosphate. Celui-ci entrait dans la formation d'un hexose diphosphate qui fut isolé par W. Young en 1907 et identifié ensuite (1928) comme étant le fructose 1,6-diphosphate par Phoebus Levene aux États-Unis. Le phénomène d'activation exercé par le phosphate […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metabolisme-et-phosphorylations/#i_96610

Pour citer l’article

« MEYERHOF OTTO - (1884-1951) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-meyerhof/