HARDEN ARTHUR (1865-1940)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Biochimiste britannique né à Manchester et mort à Bourne End en Angleterre. Harden commence ses études de chimie à l'université de Manchester et les poursuit en Allemagne à Erlangen où il soutient en 1898 une thèse de doctorat en chimie organique. De retour dans sa ville natale, il obtient un poste d'enseignant au département de chimie de l'université. En 1897, Harden part pour Londres, où il va occuper le poste de directeur du département de chimie de l'Institut britannique de médecine préventive (qui deviendra l'Institut Lister en 1903) et où il effectuera le reste de sa carrière. De 1913 à 1937, Harden est rédacteur en chef de la célèbre revue Biochemical Journal.

C'est en 1898, à Londres, que Harden commence ses recherches sur la fermentation alcoolique. Eduard Buchner (Prix Nobel de chimie 1907) vient tout juste de découvrir que la fermentation alcoolique peut se faire sous l'action du suc intracellulaire (zymase) obtenu par broyage de cellules de levure. Harden sépare par dialyse la zymase de Buchner en deux fractions ; ces deux fractions sont incapables de provoquer la fermentation alcoolique que leur mélange induit de nouveau. La fraction dialysable se révèle être thermostable et de faible poids moléculaire ; elle n'est donc pas de nature protéique, à la différence de l'autre fraction, thermolabile et colloïdale. Harden donne à cette fraction de bas point moléculaire le nom de coferment ou cozymase, appelé aujourd'hui coenzyme. Harden montre que le coenzyme contient du phosphore, mais ne va pas plus loin dans l'élucidation de sa structure chimique qui va être établie par Hans von Euler-Chelpin en 1923. Harden a bientôt l'occasion de faire une nouvelle observation qui va le conduire à une découverte importante. Il constate que les extraits de levure provoquent tout d'abord rapidement la fermentation alcoolique, mais que la vitesse de celle-ci diminue avec le temps. La première hypothèse avancée est la perte de stabilité de l'enzyme avec le temps. Harden va montrer en 1905 que ce n'est pas la bonne explication. I [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sud-XI-Orsay

Classification


Autres références

«  HARDEN ARTHUR (1865-1940)  » est également traité dans :

GLUCIDES

  • Écrit par 
  • Jean ASSELINEAU, 
  • Charles PRÉVOST, 
  • Fraidoun SHAFIZADEH, 
  • Melville Lawrence WOLFROM
  •  • 10 646 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Étapes »  : […] –  Phosphorylation du glucose  : L'utilisation du glucose fait intervenir, dès le premier stade, un processus de phosphorylation : le catabolisme du glucose se fait presque toujours sous forme de dérivés contenant au moins un groupement ester d'acide phosphorique. Le rôle fondamental joué par les dérivés phosphorylés a été établi par les travaux de O.  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glucides/#i_97729

Pour citer l’article

Georges BRAM, « HARDEN ARTHUR - (1865-1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-harden/