Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

OSCILLINE

Au moment de la fécondation, dans l'espèce humaine, la fusion des gamètes entraîne l'activation de l'œuf, c'est-à-dire la remise en marche du cycle cellulaire de l'ovocyte. Il se produit alors une augmentation transitoire du calcium (Ca2+) intracellulaire qui, en quelques secondes, s'étend à partir du point de fusion du spermatozoïde à l'œuf tout entier. Cette première élévation du Ca2+ est suivie d'oscillations périodiques grâce à l'apport, par le spermatozoïde, de l'oscilline, qui modifie la sensibilité des canaux calciques au calcium lui-même. Il s'agirait d'une protéine de 33 KD concentrée dans la région équatoriale du spermatozoïde des mammifères, comme l'a montré J. Parrington (J. Parrington, K. Swann et al., Nature, no 379, pp. 364-368, 1996). C'est un facteur soluble, qui diffuse donc dans le cytoplasme de l'ovocyte dès la pénétration du spermatozoïde dans le gamète femelle. Il contribue à faciliter les remaniements de ce dernier, notamment en provoquant, via l'effet de mobilisation du calcium qui caractérise l'activation ovocytaire, la préparation du cytosquelette de la cellule œuf aux événements qui marqueront sa division qui prélude à la segmentation qui construira l'embryon.

— Jean COHEN

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Jean COHEN. OSCILLINE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 25/03/2009