ORUNGOU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Population bantou, appartenant au groupe nord-ouest, les Orungou (Oroungou) ont adopté la langue des Mpongwé sans qu'on puisse attribuer aux deux populations une origine commune. Ils vivent dans la région de Port-Gentil, au Gabon, dans le delta de l'Ogooué et le long de l'Océan, de la rivière Aminba à la rivière Aouanyé. La situation géographique du territoire des Oroungou fit de ceux-ci des intermédiaires actifs de la traite des hommes, notamment durant la première moitié du xixe siècle, où se situe l'apogée du royaume oroungou (le roi Rogombé, mort en 1840, possédait trois cents femmes ; occidentalisé, son fils fut élevé au Portugal, où il fit ses études).

Les Oroungou sont un peuple de pêcheurs, de navigateurs, de commerçants plus que d'agriculteurs. À l'époque précoloniale, les Oroungou fabriquaient du sel qu'ils vendaient dans l'intérieur. L'organisation sociale est marquée par la filiation matrilinéaire. Le développement du commerce à l'époque de la traite a été le principal facteur de différenciation sociale.

Le culte des ancêtres jouait autrefois un rôle important. Les cimetières oroungou ont fortement impressionné les premiers voyageurs : les morts étaient placés dans des cercueils non enterrés ; entourés de reliques, leurs ossements pourrissaient lentement dans la forêt.

—  Roger MEUNIER

Écrit par :

  • : chargé de cours à l'université de Paris-VIII, assistant de recherche à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  ORUNGOU  » est également traité dans :

GABON

  • Écrit par 
  • Nicolas METEGUE N'NAH, 
  • Roland POURTIER
  •  • 6 678 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Avec l'avènement des Temps modernes (1471-1839) : l'ouverture au monde extérieur »  : […] Jusqu'après le milieu du xv e  siècle, les peuples du Gabon n'entretenaient pas de relations directes avec les autres parties du monde. Celles-ci s'établirent avec l'arrivée, en 1471, des premiers navigateurs portugais à l'estuaire du Como − baptisé « Rio Gabao » − puis sur d'autres points de l'actuelle côte gabonaise les années suivantes. À la s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabon/#i_34592

Pour citer l’article

Roger MEUNIER, « ORUNGOU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/orungou/