Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ORTHOPHONIE

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Au sens strict, l'orthophonie est la prononciation correcte d'une langue, abstraction faite du problème des troubles de la phonation. Mais le terme est plus couramment employé avec le sens qu'il prend dans l'expression « traitement orthophonique », ce traitement étant destiné à corriger les vices de prononciation et englobant la rééducation de la voix, du langage oral et du langage écrit. Ainsi compris, le champ de l'orthophonie implique des examens spécialisés, qui incombent à l'orthophoniste ou au psychologue et portent sur l'analyse du langage oral ou écrit, ainsi que des différents éléments liés à sa formation ; ces examens doivent permettre de déterminer la nature des troubles, l'opportunité et les chances d'une rééducation.

La rééducation s'étend aux sujets (enfants ou adultes) dont la voix ou le langage présentent un déficit spécifique ou global ; mais elle n'est pas nécessairement utilisée dans tous les cas de ce genre ; l'étiologie de ceux-ci étant variée, il importe d'établir, à ce niveau, l'indication de traitement : on a à délimiter le déficit et à éliminer certains cas, notamment celui des enfants psychotiques et celui des sujets dont les troubles sont liés à un simple retard de développement, à un retard scolaire (la rééducation serait alors ressentie comme une pédagogie contraignante), à des problèmes caractériels affectant toutes les modalités d'expression, ou bien encore à une attitude réactionnelle où le déficit du langage a valeur de symptôme de difficultés affectives profondes ; celles-ci peuvent relever d'un traitement psychothérapeutique, car une rééducation risque de provoquer un déplacement du symptôme.

Pour toutes ces raisons, l'orthophoniste s'insère dans une équipe pluridisciplinaire. Il faut souligner, d'ailleurs, qu'un déficit dans le domaine du langage peut être cause de frustration, mais que celui-ci ne doit jamais être isolé de l'ensemble de la personnalité ; le contexte d'apparition du trouble, son retentissement, la motivation de l'enfant ainsi que la coopération des parents doivent être ensemble pris en considération.

Entre autres troubles, la rééducation orthophonique peut concerner le cas des voix rauques, les dysphonies fonctionnelles ou organiques (à la suite d'une opération, par exemple). Pour les troubles du langage oral, dont la rééducation est possible à partir de l'âge de quatre ans, différents aspects sont à envisager : les difficultés d'articulation (déformations constantes, zozotements, etc.), qui sont d'origine variée (malformations locales, troubles moteurs ou auditifs) ; les retards du langage, qui affectent la réalisation de celui-ci de façon mineure ou très marquée et qui perturbent notablement la scolarité de l'enfant et le développement de sa pensée ; les troubles de la parole, qui font que l'enfant déforme les mots tout en pouvant utiliser, dans d'autres contextes, les phonèmes constituants. La « démutisation » de l'enfant normal, la rééducation de légères déficiences auditives entraînant des confusions de sons, la rééducation des bègues, des aphasiques, de certains arriérés relèvent aussi de la compétence des orthophonistes. La rééducation a un aspect préventif ou correctif dans les troubles du langage écrit (dysgraphies, dyslexies, dysorthographies, dyscalculies), qui sont des difficultés marquées d'acquisition de certaines habiletés scolaires fondamentales, sans déficience intellectuelle globale.

Les modalités de la rééducation peuvent être très différentes en fonction des cas, de l'origine du déficit, de sa spécificité, de la personnalité de l'enfant : ainsi une rééducation neuro-musculaire doit quelquefois précéder toute autre forme de traitement. Pour susciter le besoin de communication[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Bénédicte DURAND-LASSERVE. ORTHOPHONIE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • DYSLEXIE

    • Écrit par
    • 1 732 mots
    ...besoins similaires. Pour les cas les plus sévères, un véritable diagnostic médical sera nécessaire, ainsi qu’une rééducation individuelle (le plus souvent orthophonique) basée à la fois sur l’entraînement des capacités cognitives déficitaires, et sur l’utilisation des capacités cognitives préservées pour...
  • ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LES MALENTENDANTS

    • Écrit par
    • 2 573 mots
    • 1 média
    ...implant dans la petite enfance développent des habiletés de traitement de la parole en avance par rapport à celles prédites pour un enfant sans IC. Un suivi orthophonique est cependant nécessaire pour atteindre des capacités de production et de compréhension de la parole comparables à celles de l’enfant...
  • PHONÉTIQUE

    • Écrit par
    • 3 566 mots
    • 5 médias
    ...dans son ensemble. Appliquée à l'enseignement des langues, sous le nom d'orthoépie, la phonétique favorise l'acquisition d'une prononciation correcte. L' orthophonie vise à la rééducation des troubles de la communication verbale, au niveau de la production (dyslalie), de la perception (surdité) et de l'intégration...
  • TROUBLES DU LANGAGE ORAL CHEZ L'ENFANT

    • Écrit par
    • 4 722 mots
    • 1 média
    L’organisation des actions à proposer pour améliorer le devenir des enfants souffrant d’un trouble du langage est aujourd’hui consensuelle. L’évaluation orthophonique des différentes composantes langagières définit le plan de rééducation. Elle s’impose dès trois ans, lorsque l’enfant est inintelligible,...