ORMOUZ ou HORMUZ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Petite île à l'entrée du golfe Persique, dans le détroit qui porte son nom, Ormouz est caractérisée par sa morphologie contrastée (plaine littorale, collines déchiquetées d'ocre rouge, de sel gemme, de minerais de fer et de cuivre, d'argile verte), la rareté de la végétation, les larges incrustations salines et le bleu de la mer teintée de reflets rouges. En dépit de conditions naturelles défavorables (chaleur estivale intolérable, manque de précipitations), cet îlot joua un rôle économique considérable du xve au xviie siècle.

Ce toponyme s'est appliqué d'abord à une principauté continentale arabo-persane, connue depuis l'Antiquité, dont le chef-lieu Ormouz (ou Hormuz, sur la rivière de Mināb, la plus belle palmeraie d'Iran) assurait le débouché commercial du Kirmān. Important marché de l'indigo avant l'époque mongole, la place attirait déjà, dit-on, tout le commerce de l'Inde (Marco Polo note aussi l'importance de ses exportations de chevaux). Au début du xive siècle, le prince d'Hormuz abandonna sa capitale sujette aux incursions turco-mongoles et fonda la nouvelle Hormuz sur l'île de Djārūn. Ces deux toponymes — Hormuz et Djārūn — devinrent interchangeables pour désigner la capitale, l'île ou le royaume. La nouvelle Hormuz supplanta bientôt l'île de Qays et devint le grand emporium du golfe Persique, centralisant toutes les marchandises en provenance de l'Inde ; le royaume étendait sa domination sur les îles et le littoral du golfe et sur la côte de l'Omān. Conquis par les Portugais au début du xvie siècle (blocus d'Albuquerque en 1507-1508 ; forteresse, encore visible, construite en 1515 et installation d'une garnison), cet État cosmopolite fut jusqu'à la conquête de shāh 'Abbās (aidé d'une flotte anglaise en 1622) un des principaux points d'ancrage de l'empire maritime portugais. Supplanté alors par le nouveau port de Bandar 'Abbās, l'îlot ne retrouva jamais sa prospérité. L'exploitation de ses ressources naturelles joue cependant un rôle dans l'économie iranienne (mine d'ocre, minerai de fer et sel destinés à l'exportation).

—  Jean CALMARD

Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  ORMOUZ ou HORMUZ  » est également traité dans :

PERSIQUE GOLFE

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 852 mots

Site qui constitue, avec ses prolongements (plaines alluviales de Mésopotamie et du Khūzistan), une dépression située entre la plate-forme arabique et les chaînes sud-ouest du Zagros iranien. Le golfe Persique proprement dit est une mer fermée dont les fonds ne dépassent 100 mètres qu'au détroit d'Ormūz, les plus faibles profondeurs se trouvant du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/golfe-persique/#i_28942

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 803 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Enjeux pétroliers et structuration de l'espace »  : […] L'essor pétrolier de la région est spectaculaire. À la fin des années 2000, l'offre pétrolière s'élève à 1 300 millions de tonnes (32 p. 100 de la production mondiale), auxquelles s'ajoute le gaz naturel qui prend une place croissante (326 milliards de m 3 et 12 p. 100 de la production mondiale). Aux cinq grands producteurs qui continuent de joue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-geographie-humaine-et-regionale-dynamiques-regionales/#i_28942

INDIEN HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • André BOURDE, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 14 247 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La quête des Portugais pour contourner la barrière musulmane (XVe-XVIe s.) »  : […] Au début du xv e  siècle, Venise l'emporta définitivement sur Gênes, mais elle fut frustrée dans la reprise de ses relations orientales par la prise de Constantinople, la conquête de la Syrie et de l'Égypte par les Turcs. Les efforts des Vénitiens pour se survivre et se « reconvertir » du point de vue commercial les empêchèrent de se consacrer com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-l-ocean-indien/#i_28942

IRAK

  • Écrit par 
  • Loulouwa AL RACHID, 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 29 305 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La guerre contre l'Iran (1980-1989) »  : […] L'ancien conflit qui opposait l'Irak à l'Iran à propos du Chatt al-Arab avait été réglé par l' accord d'Alger (6 mars 1975), dans la mesure où la frontière fluviale avait été établie selon la ligne de thalweg au lieu de suivre la rive orientale comme c'était le cas jusque-là, et où les frontières terrestres avaient été délimitées sur la base d'acc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irak/#i_28942

OMAN

  • Écrit par 
  • Brigitte DUMORTIER
  •  • 3 373 mots
  •  • 6 médias

Le sultanat d'Oman, occupant l'extrémité sud-est de la péninsule Arabique, se trouve à la jonction de l'Arabie orientale – ce qui le rapproche des émirats du Golfe – et de l'Arabie du Sud – ce qui l'apparente à l'univers géographique et culturel de son voisin yéménite. Traversé par le tropique du Cancer, frontalier de l'Arabie Saoudite, du Yémen e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oman/#i_28942

Pour citer l’article

Jean CALMARD, « ORMOUZ ou HORMUZ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ormouz-hormuz/