OLYMPIADES POPULAIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mouvement sportif ne s'est pas structuré en épousant unanimement les idées de Pierre de Coubertin. En effet, durant le premier xxe siècle, les organisations ouvrières internationales refusent l'approche élitiste du baron. Le C.I.O. se voit présenté par celles-ci comme un « ramassis d'aristocrates et de bourgeois » qui, sous couvert d'universalisme, prône le libéralisme et le colonialisme et utilise le sport comme un opium du peuple servant à maintenir la paix sociale. En France, la Fédération sportive athlétique socialiste naît en 1909 sous l'impulsion de la Section française de l'Internationale ouvrière (S.F.I.O.) ; elle devient en 1913 la Fédération socialiste des sports et gymnastique (F.S.S.G.), pour entériner l'absorption de groupements de gymnastes ouvriers. Il s'agit alors de contrecarrer les fédérations sportives officielles, considérées comme « bourgeoises » par la S.F.I.O. : Union des sociétés de gymnastique de France, fondée en 1873 par Eugène Paz, reconnue d'utilité publique en 1903, dont la célèbre devise « patrie, courage, moralité » dit bien l'ambition pour ce qui est de l'éducation du peuple ; Union des sociétés françaises de sports athlétiques, créée en 1887 et fidèle aux idées de Coubertin ; Fédération gymnastique et sportive des patronages de France, d'obédience catholique. En 1920, à l'issue du congrès de Tours qui voit la scission de la S.F.I.O., la F.S.S.G. se divise également : elle laisse la place à la Fédération sportive du travail, proche des communistes, et à l'Union des sociétés gymniques et sportives du travail, proche des socialistes. Plus tard, dans le cadre du Front antifasciste né après les émeutes provoquées par les Ligues le 6 février 1934, ces deux fédérations fusionnent, pour donner naissance à la Fédération sportive et gymnique du travail (F.S.G.T.).

Sur le plan mondial, la Confédération sportive internationale du travail (C.S.I.T.), proche des mouvements socialistes et sociaux-démocrates, voit le jour en 1913 à Gand. En 1925 se d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « OLYMPIADES POPULAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/olympiades-populaires/