OHRMUZD, OHRMAZD ou OHRMIZD

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

photographie : Investiture de Bahram Ier

Investiture de Bahram Ier

Bas-relief de Shapur représentant Bahram Ier, roi sassanide (273-276), recevant son investiture du dieu Ohrmazd. Bishapur (Kazerun), Iran. 

Afficher

L'Avesta — livre sacré des anciens Perses — donne au dieu suprême le nom d'Ahura Mazdā (le Seigneur Sage) et à son adversaire celui d'Angra Mainyu (l'Esprit Malin). Ce sont les appellations qu'utilise également Zarathuštra (sans doute ~ viiie s.) et que toute la tradition zoroastrienne (ou mazdéenne) utilisera à sa suite, et jusqu'à nos jours, chez les guèbres et les parsis.

En pehlevi (ou moyen perse), ces deux noms deviennent, par suite d'altérations phonétiques, Ohrmuzd (ou, mieux, Ohrmazd) et Ahriman. Il est d'usage de préférer ces formes altérées lorsqu'on fait référence aux déviations théologiques qui se font jour à l'époque sassanide et avec lesquelles la religion iranienne faillit se transformer en un dualisme (notamment par la théorie des dieux jumeaux : Ahura Mazdā devient Spenta Mainyu, l'Esprit Bon, jumelé à Angra Mainyu, l'Esprit Mauvais).

Mais, après le choc de la conquête musulmane, les communautés zoroastriennes reviennent à la tradition avestique et, de nos jours, seul le nom d'Ahura Mazdā est utilisé dans les prières et la prédication.

—  Jean VARENNE

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Autres références

«  OHRMUZD, OHRMAZD ou OHRMIZD  » est également traité dans :

AHURA MAZDĀ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 328 mots

La religion iranienne ancienne place au sommet de son panthéon un dieu qu'elle nomme Ahura Mazdā (le Seigneur sage) et dont la réforme zoroastrienne (vers le ~ vii e  s.) fit le souverain unique de la création. La comparaison avec les autres mythologies indo-européennes, et particulièrement avec celle du Véda, montre qu'il s'agissait à l'origine d'un dieu de première fonction (selon la classificat […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « OHRMUZD, OHRMAZD ou OHRMIZD », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ohrmuzd-ohrmazd-ohrmizd/