O.G.M. (ÉTUDE SÉRALINI SUR LES)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Plusieurs végétaux génétiquement modifiés (OGM), maïs, soja, pomme de terre, tomate, etc., ont été mis sur le marché depuis la fin des années 1990. Selon le cas, ces végétaux sont moins sensibles aux insectes, résistent à des herbicides ou possèdent des propriétés alimentaires particulières. En Europe, chaque culture en champ a été précédée de tests aux échelons national et européen pour évaluer leur éventuelle nocivité directe, la nocivité indirecte sur l'environnement étant d'appréciation incertaine. Actuellement, 10 p. 100 des terres cultivables dans le monde le sont en OGM et l'on n'a pas observé de problème particulier à ce jour ni sur le bétail, ni chez l'homme. La France se place dans une situation particulière : les OGM ne peuvent pas être cultivés en champ depuis 2008, mais sont importés (soja et maïs) pour l'alimentation animale. Cette situation en porte à faux par rapport à l'Europe est liée à une forte résistance contre les OGM. La peur des OGM n'est pas pour l'instant fondée sur des faits prouvés, mais sur un mélange complexe, subjectif et explosif, de crainte pour la sécurité alimentaire, de récusation du progrès technique et de la science, de peur de la génétique, de revendication d'une sorte d'artisanat agricole, de souhait de l'autarcie alimentaire, l'ensemble teinté, d'une manière qui rappelle les campagnes contre le maïs hybride au début des années 1950, par un sentiment anti-américain ici incarné par la compagnie Monsanto. Le débat sur les risques biologiques éventuels des OGM fait d'ailleurs occulter le risque bien réel du contrôle par un petit groupe de multinationales des capacités alimentaires de nombreux pays ainsi qu'une vraie question économique : si l'on intègre les coûts réels d'une culture de maïs transgénique et les effets d'une monoculture sur les sols, ce maïs est-il vraiment plus économique que le maïs usuel ? Quelques études suggèrent une absence de bénéfices économiques.

Pays producteurs d'O.G.M.

Pays producteurs d'O.G.M.

Dessin

Au moins 10 p. 100 des terres agricoles sont cultivées avec des O.G.M., réparties sur 25 États dans le monde, sans que l'on ait pour l'instant à signaler d'incidence particulière sur la santé humaine ou animale. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le 17 septembre 2012, un hebdomadaire publiait en exclusivité les conclusions d'une équ [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « O.G.M. (ÉTUDE SÉRALINI SUR LES) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/o-g-m-etude-seralini-sur-les/