NUANCE, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Par le terme de nuance, les Grecs indiquaient les modifications apportées à la division du tétracorde dans les deux genres mélodiques : diatonique et chromatique (l'enharmonique n'en comportant pas). Ainsi distinguait-on le syntono-diatonique et le malako-diatonique ; le toniaïo-chromatique, l'hémiolio-chromatique et le malako-chromatique.

En dynamique musicale actuelle, les nuances désignent les divers mots ou signes indiquant une variation d'intensité d'une note, d'un accord, d'une phrase, etc. En voici les principales : piano (p) ; pianissimo (pp, ppp, pppp) ; mezzo-forte (mf) ; forte (f) ; fortissimo (ff, fff, ffff) ; sforzando (sf), c'est-à-dire accentuation soudaine d'intensité. Crescendo et diminuendo (augmentation ou diminution progressive d'intensité) peuvent être indiqués soit par cresc. ou par dim., ou bien par des signes ressemblant aux symboles mathématiques « inférieur à » (crescendo) et « supérieur à » (decrescendo), très allongés.

Dans la musique contemporaine, la multiplication des nuances atteint parfois les limites de l'exécutable ; ainsi trouve-t-on des suites d'indications opposées, telles que ppp, ff, p, ffff, affectant, dans des tempos très rapides, des notes de valeurs très courtes, se suivant à des intervalles très distants ; entre l'écriture et la réalisation, il est difficile de ne pas constater un hiatus important.

—  Pierre-Paul LACAS

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  NUANCE, musique  » est également traité dans :

EXPRESSION, musique

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 022 mots

À la différence des arts plastiques, où l'œuvre est donnée une fois pour toutes, l'œuvre musicale, même écrite, se situe sur un plan temporel : n'existant que si elle est jouée, à l'instar des arts du spectacle, elle nécessite le plus souvent la réunion de plusieurs personnes –  les interprètes – pour acquérir une existence fugitive. Pour conférer à la musique toute son expression et respecter au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expression-musique/#i_22424

MANNHEIM ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 2 235 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vie musicale à Mannheim »  : […] Karl Theodor, qui accède au pouvoir en 1743, est un amateur d'art, et particulièrement de musique. Des artistes de tous pays vont venir à sa cour, attirés par son orchestre et son théâtre. Très attaché à la culture française, le prince cherche à imiter l'esprit parisien, surtout dans les domaines littéraire et philosophique, comme c'est le cas dans beaucoup de cours allemandes de l'époque. La nomi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-mannheim/#i_22424

NOTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Mireille HELFFER, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 5 222 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les signes »  : […] La portée, constituée de cinq lignes horizontales parallèles, permet de situer les douze notes de la gamme chromatique les unes par rapport aux autres. Leur hauteur est déterminée par la clé figurant à l'extrémité de la portée. Des sept clés existantes, seules quatre sont encore en usage ( sol , ut 1 re , ut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notation-musicale/#i_22424

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « NUANCE, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nuance-musique/