NUANCE, musique

Par le terme de nuance, les Grecs indiquaient les modifications apportées à la division du tétracorde dans les deux genres mélodiques : diatonique et chromatique (l'enharmonique n'en comportant pas). Ainsi distinguait-on le syntono-diatonique et le malako-diatonique ; le toniaïo-chromatique, l'hémiolio-chromatique et le malako-chromatique.

En dynamique musicale actuelle, les nuances désignent les divers mots ou signes indiquant une variation d'intensité d'une note, d'un accord, d'une phrase, etc. En voici les principales : piano (p) ; pianissimo (pp, ppp, pppp) ; mezzo-forte (mf) ; forte (f) ; fortissimo (ff, fff, ffff) ; sforzando (sf), c'est-à-dire accentuation soudaine d'intensité. Crescendo et diminuendo (augmentation ou diminution progressive d'intensité) peuvent être indiqués soit par cresc. ou par dim., ou bien par des signes ressemblant aux symboles mathématiques « inférieur à » (crescendo) et « supérieur à » (decrescendo), très allongés.

Dans la musique contemporaine, la multiplication des nuances atteint parfois les limites de l'exécutable ; ainsi trouve-t-on des suites d'indications opposées, telles que ppp, ff, p, ffff, affectant, dans des tempos très rapides, des notes de valeurs très courtes, se suivant à des intervalles très distants ; entre l'écriture et la réalisation, il est difficile de ne pas constater un hiatus important.

—  Pierre-Paul LACAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  NUANCE, musique  » est également traité dans :

EXPRESSION, musique

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 022 mots

Les nuances désignent les différences d'intensité qui donnent vie à l'œuvre : il s'agit, en d'autres termes, des indications de dynamique. Aucune indication de nuance n'apparaît sur les textes musicaux avant 1500, et il faut attendre le début du xviie siècle pour voir notés les forte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expression-musique/#i_22424

MANNHEIM ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 2 235 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vie musicale à Mannheim »  : […] et l'orchestre, sous sa direction, réalise le fameux crescendo d'ensemble, met en valeur les oppositions des nuances piano et forte, avec une précision et une qualité de sonorité attestées par les témoignages émerveillés de nombreux visiteurs. Les trios et symphonies de Stamitz, édités sur place, sont vite diffusés à travers toute l'Europe ; le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-mannheim/#i_22424

NOTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Mireille HELFFER, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 5 227 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les signes »  : […] Les nuances correspondent à des recherches de couleurs qui n'ont préoccupé les musiciens qu'à partir du xviiie siècle. Elles forment une gamme qui repose sur l'opposition entre les nuances douces (ᴘF, piano) et les nuances fortes (ᴙ1, forte) avec des possibilités […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notation-musicale/#i_22424

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « NUANCE, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nuance-musique/