NUAGES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Nuages de l’étage supérieur

Nuages de l’étage supérieur
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Nuages de l’étage supérieur

Nuages de l’étage supérieur
Crédits : AAMont-Aigoual/ Météo-France (en haut) ; Météo-France (à gauche) ; Juhku/ Shutterstock (à droite)

diaporama

Nuages de l’étage moyen

Nuages de l’étage moyen
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Nuages de l’étage moyen

Nuages de l’étage moyen
Crédits : Météo-France (en haut), AAMont-Aigoual/ Météo-France

diaporama

Tous les médias


Les systèmes nuageux

En fonction des conditions météorologiques ambiantes et de la stabilité de l'atmosphère, les nuages peuvent s'organiser en systèmes persistants de plus ou moins grandes dimensions. On distingue ainsi deux types principaux d'organisation : les systèmes dépressionnaires extratropicaux et les systèmes convectifs.

Système dépressionnaire extratropical

Système dépressionnaire extratropical

Dessin

Ce schéma idéalisé d'un système nuageux dépressionnaire extratropical met en évidence les différents types de nuages fréquemment associés à ce type de perturbation (abréviations conventionnelles : Ac, Cu, Ci, etc.). Les courbes rouges sont des lignes isobares correspondant à des... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les perturbations qui affectent les régions tempérées (entre 35 et 65 degrés de latitude) des deux hémisphères une grande partie de l’année sont associées à la circulation de l’air autour des dépressions. En présence de fortes variations horizontales de température et d’humidité de l’air, cette circulation pousse des masses d'air de propriétés physiques différentes les unes contre les autres et génère des surfaces de discontinuité (appelées surfaces frontales) où peuvent se former nuages et précipitations. Ces systèmes, encore nommés perturbations baroclines, cyclones extratropicaux, systèmes dépressionnaires extratropicaux ou systèmes frontaux, s’étendent sur des distances de plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de kilomètres et sont généralement constitués de nuages des niveaux moyens, le plus souvent doublés de nuages bas. Ils sont d’autant plus actifs que les variations horizontales de température et d’humidité près du sol sont importantes. Or, avec de l’air chaud et humide du côté tropical et de l’air froid et sec du côté polaire, les latitudes tempérées sont les régions du globe où ces variations sont les plus fortes, surtout en période hivernale. Les côtes ouest de l’Europe sont ainsi fréquemment perturbées par les systèmes frontaux qui accompagnent les dépressions provenant d’Amérique du Nord ou du Groenland et traversant l’Atlantique.

La partie antérieure d’une telle perturbation, appelée « tête », comprend des nuages élevés (cirrus, cirrostratus) répartis sur une bande étroite du ciel très nuageux. Elle est suivie d'une zone de nuages moyens en voiles de plus en plus épais et de plus en plus bas (altostratus et nimbostratus), au-dessous desquels coexistent des nuages très bas : le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  NUAGES  » est également traité dans :

ASCENDANCE, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 798 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L’instabilité convective »  : […] Dans l’atmosphère, les mouvements horizontaux sont en moyenne beaucoup plus rapides et transportent bien plus de matière que les mouvements verticaux. Pour marquer cette différence, en météorologie, on utilise généralement les termes « advection » pour désigner les transports horizontaux et « convection » pour les déplacements d’air verticaux, ascendants ou descendants. L’instabilité convective c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ascendance-meteorologie/#i_20229

ATMOSPHÈRE - Thermodynamique

  • Écrit par 
  • Christian PERRIN DE BRICHAMBAUT
  •  • 7 460 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Nuages thermoconvectifs »  : […] Hormis les cas de convection forcée qui viennent d'être envisagés et que nous reverrons à propos des systèmes frontaux, la convection thermique reste normalement à l'origine des nuages convectifs cumuliformes . Selon le degré de stabilité de la masse d'air, mais aussi selon l'échauffement de la surface du sol, des « bulles » d'air chaud se forment, de dimensions assez variables, et s'élèvent au s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atmosphere-thermodynamique/#i_20229

CHANGEMENT CLIMATIQUE

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 8 794 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Le rôle de l'eau  »  : […] On ne saurait réduire le changement climatique par intensification de l'effet de serre à un simple réchauffement. Tout changement climatique, quelle que soit sa cause, implique nécessairement le cycle de l'eau, c'est-à-dire ce qui se passe dans l'atmosphère (évaporation, formation de nuages, précipitations), au sol (précipitations, infiltration, ruissellement, évaporation), et dans les océans (pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/changement-climatique/#i_20229

CYCLONES TROPICAUX

  • Écrit par 
  • René CHABOUD
  •  • 3 085 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le fonctionnement d'un cyclone »  : […] Un cyclone est une formidable machine thermodynamique qui « consomme » des milliers et des milliers de kilomètres cubes d'air . Ces mouvements d'air, extrêmement violents, génèrent des phénomènes météorologiques gigantesques qui développent une énergie considérable, équivalente à celle de plusieurs bombes atomiques par seconde ! À l'intérieur de la zone couverte par l'œil , l'air subit de puissan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyclones/#i_20229

DÉPRESSION, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 3 414 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les dépressions dynamiques »  : […] Les dépressions dynamiques se forment en présence d’une forte divergence des vents. Elles créent alors un appel d’air qui peut favoriser la formation de courants provenant des couches adjacentes. Dans cette catégorie, on rencontre principalement les dépressions orographiques et les dépressions extratropicales. Les dépressions orographiques apparaissent sous le vent des barri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/depression-meteorologie/#i_20229

ENVIRONNEMENT GLOBAL

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 8 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Incertitudes sur la sensibilité du climat »  : […] En fonction des différentes évolutions de ces gaz, on peut s'attendre à une intensification notable de l'effet de serre au cours des prochaines décennies : on atteindrait les 4 watts par mètre carré de piégeage supplémentaire des infrarouges entre 2040 et 2100. Cette augmentation pourrait se traduire par un réchauffement inférieur à 1  0 C dans la troposphère, mais le pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/environnement-global/#i_20229

FRONT, météorologie

  • Écrit par 
  • Bernard GOSSET
  •  • 2 240 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Nuages et précipitations »  : […] Les masses nuageuses étendues et les zones de précipitations se situent principalement à l'avant des fronts chauds, à l'arrière des fronts froids et aussi de part et d'autre des fronts occlus. C'est ce que montre le schéma permettant de relier les fronts aux nuages et aux précipitations . Dans le cas d'un front chaud actif, les précipitations peuvent s'étendre jusqu'à 300 km du front de surface, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/front-meteorologie/#i_20229

HYDROLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre HUBERT, 
  • Gaston RÉMÉNIÉRAS
  •  • 9 869 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le cycle de l'eau »  : […] Sous sa forme qualitative élémentaire, la description du cycle de l'eau est connue de tous. L'évaporation de l'eau sur les océans et les terres émergées alimente en vapeur les basses couches de l'atmosphère ; sous l'effet de la diffusion et de la convection turbulentes, cette vapeur s'élève et atteint éventuellement une altitude suffisante pour former, par condensation, des nuages. Au gré des ven […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hydrologie/#i_20229

JUPITER, planète

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • André BRAHIC, 
  • Daniel GAUTIER, 
  • Guy ISRAËL, 
  • Pierre THOMAS
  • , Universalis
  •  • 11 249 mots
  •  • 60 médias

Dans le chapitre «  Les nuages »  : […] Les formes et contours qui, dans le visible, se dessinent sur le disque de Jupiter correspondent à de forts contrastes de brillance ; ceux-ci sont dus à la distribution particulière de couches de nuages plus ou moins opaques se formant à différentes altitudes. L'extrême singularité du spectacle de Jupiter – et de celui de Saturne – réside avant tout dans une forte symétrie axiale : une dizaine de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jupiter-planete/#i_20229

MARS, planète

  • Écrit par 
  • Éric CHASSEFIÈRE, 
  • Olivier de GOURSAC, 
  • Philippe MASSON, 
  • Francis ROCARD
  •  • 18 406 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre «  L'atmosphère »  : […] L' atmosphère de Mars diffère de l'atmosphère terrestre tout d'abord par sa composition chimique : le dioxyde de carbone CO 2 en est le constituant majeur (95,32 p. 100). La découverte de ce dioxyde de carbone par spectroscopie infrarouge, depuis la Terre, de la lumière solaire réfléchie par le sol martien remonte à 1947, mais c'est en 1964 que fut réalisée par cette méthode la première estimatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mars-planete/#i_20229

MÉTÉORES

  • Écrit par 
  • André VIAUT
  •  • 3 338 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Orage »  : […] L' orage consiste en une ou plusieurs décharges brusques d'électricité atmosphérique, se manifestant par une lueur brève et intense ( éclair) et par un bruit sec ou un roulement sourd (tonnerre). L'éclair , c'est-à-dire la décharge, peut jaillir d'un nuage ou se produire au sein de celui-ci ; il peut aussi, mais plus rarement, jaillir d'objets élevés (paratonnerres, mâts de navire, etc.) ou de mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meteores/#i_20229

MÉTÉOROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 309 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Faire la pluie ou le beau temps  »  : […] Il n’est pas surprenant que très tôt l’homme ait tenté de lutter contre ces éléments pour leur imposer ses volontés : prières, incantations, bruit de cloches, tir au canon sur les nuages de grêle ... Mais un tel objectif se heurte à une problématique sérieuse : l’énergie des systèmes météorologiques est considérable, la puissance associée à un cumulonimbus générateur de grêle peut être 200 fois pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meteorologie/#i_20229

NEPTUNE, planète

  • Écrit par 
  • André BRAHIC
  •  • 4 830 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « La planète »  : […] L'existence de vents violents, la persistance de grandes structures ovales, sortes d'immenses tourbillons, ainsi que la grande variabilité de marques plus petites étaient totalement inattendues pour une atmosphère qui reçoit du Soleil vingt fois moins d'énergie que Jupiter, ou encore trois cent cinquante fois moins d'énergie que la Terre . Les grandes structures proches de l'équateur se déplacent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neptune-planete/#i_20229

ORAGES

  • Écrit par 
  • René CHABOUD
  •  • 3 247 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le cumulo-nimbus, nuage d'orage »  : […] Le cumulo-nimbus , nuage dense et puissant, à extension verticale considérable, en forme de montagne ou d'énorme tour, est le seul type de nuage capable de donner des orages de pluie, de neige ou de grêle. Une partie au moins de sa région supérieure est généralement lisse, fibreuse et striée et presque toujours aplatie ; cette partie cirriforme s'étale souvent en forme d'enclume ou de vaste panach […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orages/#i_20229

PARTICULES ATMOSPHÉRIQUES

  • Écrit par 
  • Karine DESBOEUFS, 
  • Jean-François DOUSSIN
  •  • 6 937 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les impacts climatiques indirects »  : […] À travers leur capacité à absorber l’eau, les particules peuvent agir comme noyaux de condensation dans la formation des gouttelettes nuageuses. Cette capacité dépend de différents paramètres : les conditions locales (température de l’atmosphère, humidité relative…), les propriétés chimiques et physiques des particules. On parle alors de propriétés hygroscopiques pour qualifier leur affinité phys […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-atmospheriques/#i_20229

PRÉCIPITATIONS, météorologie

  • Écrit par 
  • Léopold FACY
  •  • 5 280 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Moyens d'investigation et de mesure »  : […] La technique de mesure des précipitations la plus ancienne et la plus simple consiste à utiliser un pluviomètre, sorte de seau calibré à bords vifs, définissant une surface réceptrice standard de collection des précipitations. La hauteur au-dessus du sol doit être définie au préalable ; les géométries du pluviomètre et de son support introduisent, en présence de vent même modéré, des zones tourbi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/precipitations-meteorologie/#i_20229

SATURNE, planète

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • André BRAHIC, 
  • Daniel GAUTIER, 
  • Guy ISRAËL, 
  • Pierre THOMAS
  • , Universalis
  •  • 12 516 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre «  Dynamique et nuages »  : […] À première vue, Saturne se présente comme une image adoucie de Jupiter. La symétrie axiale est encore évidente ; bandes claires et sombres alternent comme dans le cas de Jupiter, avec cependant beaucoup moins de contraste ; les couleurs des motifs sont moins vives. Tout se passe comme si les divers nuages s'étaient mélangés pour produire une tonalité générale presque uniforme. La circulation atmo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saturne-planete/#i_20229

SYLPHES ROUGES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 519 mots

Le phénomène des éclairs que nous observons depuis le sol est relativement bien connu. Il prend naissance dans les cumulonimbus, au sein de ces gros nuages d'orage, qui culminent jusqu'à la tropopause (environ 10 km d'altitude), entre deux nuages ou, plus visiblement, avec le sol. Les sylphes rouges sont aussi des éclairs, mais d'un autre type et d'une ampleur bien plus grande. Ils ne sont connus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sylphes-rouges/#i_20229

TERRE - Bilan énergétique

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 4 163 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mesures terrestres et spatiales »  : […] Pour mesurer les composantes du bilan radiatif, il faut un capteur dont la sensibilité soit indépendante de la longueur d'onde ; on utilise en pratique un élément noirci (thermopile, bolomètres à thermistance, pyroélectrique) donnant un signal électrique en fonction de la puissance énergétique reçue. Une lame ou coupelle en verre ou, mieux, en silice fondue, transparente dans le visible mais opaq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terre-bilan-energetique/#i_20229

TORNADES ET TROMBES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 815 mots
  •  • 5 médias

Les tornades et les trombes sont des colonnes d'air tourbillonnant en forme de colonne tubulaire ou de cône renversé qui se développent sous la base de certains nuages d’orage . Tornade, trombe ou trombe marine, ces termes désignent le même phénomène météorologique, mais le premier est plus souvent utilisé pour les tourbillons se produisant au-dessus de surfaces terrestres, et les seconds au-dessu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tornades-et-trombes/#i_20229

VÉNUS, planète

  • Écrit par 
  • Véronique ANSAN, 
  • Éric CHASSEFIÈRE, 
  • Philippe MASSON, 
  • Francis ROCARD
  •  • 12 644 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'atmosphère »  : […] L'atmosphère de Vénus , très massive puisque la pression au sol (de 92 à 95 × 10 3  hPa) est près de cent fois supérieure à la pression terrestre, est essentiellement constituée de dioxyde de carbone CO 2 (96,5 p. 100). C'est en 1932 que le CO 2 fut identifié pour la première fois par observation de bandes d'absorption dans le proche infrarouge. D'autres éléments furent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/venus-planete/#i_20229

Voir aussi

Pour citer l’article

André VIAUT, Jean-Pierre CHALON, « NUAGES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nuages/