NJEGOS PETAR Ier PETROVIC (1747 env.-1830)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Prince-évêque de Monténégro (1782-1830), né vers 1747 à Njegoš (Monténégro), mort le 18 (le 30 dans le calendrier grégorien) octobre 1830 à Cetinje.

Petar Ier Petrović Njego succède à son oncle Sava, homme saint mais incompétent. Il devient ainsi vladika (« prince-évêque ») de l'État théocratique qu'est le Monténégro en 1782, avant d'être consacré en 1784. Afin de sceller les relations avec la Russie, toujours un allié potentiel contre les Turcs, Petar Ier se rend dans ce pays la même année. À son retour, il trouve ses terres occupées par les troupes du pacha de Scutari. Unissant ses clans guerriers, il chasse l'envahisseur. La guerre contre les Turcs reprend par intermittence, tantôt avec, tantôt sans, l'aide d'un puissant allié tel que la Russie ou l'Autriche. En 1796, le pacha de Scutari lance une seconde invasion. Petar, conduisant lui-même ses hommes au combat, remporte alors une série de victoires éclatantes contre les Turcs. Le pacha est capturé et décapité et le traité de paix de 1799 oblige le sultan Selim III à reconnaître l'indépendance du Monténégro. La principauté gagne ainsi de nouveaux territoires, tels que la région montagneuse des Brda, dans le nord du pays, récemment occupée par des Serbes venus de l'Herzégovine. Continuant sur cette lancée, Petar Ier doublera la taille du Monténégro durant son règne.

Pendant les guerres napoléoniennes, le Monténégro est impliqué dans le conflit entre les grandes puissances. Lorsque, par le traité de Presbourg (1805), l'Autriche cède la Dalmatie à la France, Petar s'allie avec les Russes jusqu'en 1807, puis avec les Britanniques en 1813 afin de maintenir son occupation de la ville et de la baie de Kotor. Après le départ des Français en 1813, Petar annexe la région en octobre et fait de Kotor sa capitale. Le congrès de Vienne (1814-1815) restitue cependant le territoire à l'Autriche. À la fin de son règne, Petar entre à plusieurs reprises en guerre contre les Turcs (1819 et 1821) pour préserver l'indépendance de son pays et parvient à mettre un terme aux luttes sanglantes qui opposent certains clans dans les montagnes du Monténégro. Ses efforts pour rétablir la paix renforceront sa réputation de prince juste.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  NJEGOS PETAR I er PETROVIC (1747 env.-1830)  » est également traité dans :

MONTÉNÉGRO

  • Écrit par 
  • Amaël CATTARUZZA, 
  • Renaud DORLHIAC
  •  • 5 218 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Émergence, affirmation et disparition de l'État monténégrin  »  : […] De la fin du xviii e au début du xx e  siècle, le Monténégro voit son État progressivement se consolider, tandis que son territoire s'agrandit. Cette évolution commence avec l'accession au poste de vladika de Petar I er Petrović Njegoš en 1782. Alors que celui-ci est retenu en Russie, où il vient d'être consacré vladika en 1784 par le métropolite Mojsije Putnik, le nouveau vizir Mahmud-pacha […] Lire la suite

Pour citer l’article

« NJEGOS PETAR Ier PETROVIC (1747 env.-1830) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/njegos/