TINBERGEN NIKOLAAS (1907-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le théoricien de l'instinct

La collaboration de Tinbergen et Lorenz est interrompue brutalement et définitivement par la Seconde Guerre mondiale. Tinbergen est interné durant deux ans dans un camp allemand d'où Konrad Lorenz et Otto Köhler ne réussiront jamais à le faire sortir. Malgré les événements, leur amitié durera jusqu'à la fin de leur vie, mais ils n'expérimenteront plus ensemble, leur collaboration ultérieure ne consistant qu'en des échanges épistolaires.

Dès sa libération, Tinbergen reprend le fil de sa carrière et publie deux articles conséquents : l'un, en 1947, concernant les activités substitutives, avec Jacob van Iersel ; l'autre, en 1948, portant sur les bases physiologiques de l'instinct. Cette même année, il apprend que Lorenz est vivant et de retour à Altenberg, alors en zone russe, où les communications avec l'extérieur sont limitées. Les deux hommes ne se retrouvent finalement qu'en 1949, lors de ce que l'on peut considérer comme la première conférence internationale d'éthologie (qui se tient tous les deux ans depuis cette date), consacrée aux mécanismes physiologiques du comportement, qui a été organisée à l'initiative de William Homan Thorpe à Cambridge (Angleterre). Lors de cette réunion, Tinbergen présente une contribution capitale à la théorie de l'instinct sur l'organisation hiérarchique du comportement instinctif qui sera publiée en 1950.

Cette année-là, Tinbergen accepte un poste de professeur dans le département de zoologie à Oxford, où il terminera sa carrière après avoir formé bien des scientifiques importants qui ont jalonné l'histoire de l'éthologie. Il est invité à faire une série de conférences aux États-Unis et en Angleterre dont le contenu fera l'objet de son ouvrage majeur The Study of Instinct (1951). Toutes ses recherches y sont rassemblées, complétées et élaborées en un texte fondateur de la théorie de l'instinct. Celui-ci dépasse largement la formulation effectuée avec Lorenz, en généralisant le modèle des actes instinctifs (type roulage de l'œuf) aux comportements instinctifs, c'est-à-dire à l'enchaînement d'actes instincti [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université Paul-Sabatier, Toulouse

Classification


Autres références

«  TINBERGEN NIKOLAAS (1907-1988)  » est également traité dans :

COMPORTEMENT ANIMAL - Fondements du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 2 820 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les stimuli-déclencheurs intra-spécifiques »  : […] Les stimuli-déclencheurs, décrits depuis les débuts de l'éthologie notamment par Konrad Lorenz et Nikolaas Tinbergen, sont des signaux, généralement assez simples, pour lesquels les animaux sont prédisposés génétiquement à réagir par des comportements particuliers, adaptés à ces stimuli. Par exemple, les jeunes goélands donnent des coups de bec sur une tache rouge située sur le bec de leurs par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comportement-animal-fondements-du-comportement/#i_17404

ÉTHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Odile PETIT
  •  • 2 517 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De l'opposition de courants d'idées à l'élaboration des quatre questions fondatrices »  : […] Quand on retrace le développement de l'éthologie, on voit se répéter des oppositions entre différents courants théoriques. L'éthologie s'est cristallisée autour de la querelle de l'inné et de l'acquis, qui a stimulé soit les recherches sur l'instinct (concept considéré comme trop étroit rétrospectivement), qui se rattachent à l'éthologie dite objectiviste, soit les études sur l'apprentissage, lié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethologie/#i_17404

FONDEMENTS DE L'ÉTHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond CAMPAN
  •  • 252 mots

C'est par un débat contradictoire autour du concept d'instinct que l'éthologie – étude comparative du comportement animal – s'est constituée en science autonome. Elle est fondée sur les travaux de l'Autrichien Konrad Lorenz (1903-1989) et du Néerlandais Nikolaas Tinbergen (1907-1988) effectués dans les années 1930-1940 à partir d'observations sur les oiseaux. Les méthodes d'études (par leurres), l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondements-de-l-ethologie/#i_17404

HISTOIRE DE L'ÉTHOLOGIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Raymond CAMPAN
  •  • 991 mots

1854 Isidore Geoffroy Saint-Hilaire utilise pour la première fois le terme « éthologie » dans son sens actuel (étude comparative du comportement animal) pour désigner les descriptions des mœurs des animaux telles qu'elles ont été faites par Aristote, Buffon, Réaumur, G. Leroy ou Lamarck. 1859 Dans L'Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, ou la Préservation des races favorisées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-l-ethologie-reperes-chronologiques/#i_17404

INSTINCT

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 9 401 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La hiérarchie des composantes de l'instinct »  : […] En s'appuyant essentiellement sur les travaux que Weiss a consacrés à l'autodifférenciation des structures de coordination du système nerveux central (1941), Tinbergen a donné une description du comportement reproducteur de l'épinoche Gasterosteus aculeatus et élaboré le modèle théorique de fonctionnement des composantes physiologiques de l'instinct. Weiss propose une classification hiérarchique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/instinct/#i_17404

LORENZ KONRAD (1903-1989)

  • Écrit par 
  • Raymond CAMPAN
  •  • 2 586 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les fondements de l'éthologie »  : […] Le premier article de Lorenz en 1927, « Beobachtungen an Dohlen », rassemble des observations sur les choucas en un discours naturaliste enrichi de réflexions philosophiques personnelles sur le comportement de ces oiseaux. Mais c'est durant la décennie suivante que Lorenz écrit les articles qui ont fondé sa théorie de l'instinct. En 1931, il publie un nouveau texte sur les comportements instinctif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/konrad-lorenz/#i_17404

OISEAUX

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT, 
  • Michel CUISIN
  •  • 10 551 mots
  •  • 35 médias

Dans le chapitre « Comportement »  : […] L'étude du comportement des oiseaux, inaugurée au début du xx e  siècle par des précurseurs comme l'Allemand Oskar Heinroth, a été poursuivie et approfondie par deux écoles, celle de l'Autrichien Konrad Lorenz et celle du Néerlandais Nikolaas Tinbergen. Parmi les comportements les plus étonnants, on ne peut passer sous silence l'utilisation d'outils par certains oiseaux. Le vautour percnoptère d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oiseaux/#i_17404

Voir aussi

Pour citer l’article

Raymond CAMPAN, « TINBERGEN NIKOLAAS - (1907-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nikolaas-tinbergen/