MANUEL DEUTSCH NIKLAUS (1484-1530)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre et dessinateur suisse, de son vrai nom Niklaus Aleman (Manuel était le prénom de son père, Deutsch la forme germanique d'Aleman). Marié en 1509 à la fille d'un capitaine bernois, membre du petit conseil de la ville, il entre lui-même au grand conseil l'année suivante et exerce tour à tour différentes fonctions militaires et diplomatiques, avant d'être élu membre du petit conseil en 1528. En 1523, il reçoit la charge de bailli d'Erlach qu'avait exercée son beau-père et ferme son atelier de peinture. Il s'adonne alors à la poésie et à l'art dramatique, activités placées au service de la Réforme qui triomphe à Berne en 1528. Ses premiers dessins connus sont des projets de vitraux, ce qui fait supposer qu'il se serait d'abord formé chez un maître verrier ; ses premières peintures connues, deux panneaux d'un retable perdu (Saint Luc peignant la Vierge, au revers la Naissance de la Vierge, musée des Beaux-Arts, Berne ; Saint Éloi dans son atelier, au revers la Rencontre à la porte Dorée, coll. Reinhardt, Winterthur), datés de 1515, attestent l'influence du peintre Hans Fries. Toutefois, des éléments nouveaux apparaissent dans son œuvre ; ils concernent moins un répertoire de formes architecturales et décoratives empruntées à l'Italie (plus précisément à l'Italie du Nord et d'un esprit très éloigné du purisme florentin) qu'ils ne traduisent une liberté d'allure, une fantaisie jaillissante qui contrastent avec la manière un peu compassée, trop raide, des peintres allemands du xve siècle et révèlent ainsi l'exact contemporain d'Altdorfer. Cette liberté se manifeste aussi bien dans la façon de traiter les éléments décoratifs empruntés à l'Italie que dans celle d'aborder les sujets les plus traditionnels. La peinture de Manuel Deutsch est avant tout religieuse (volets d'un Retable de saint Antoine, fondation Gottfried Keller, Berne ; Martyre des Dix Mille, ibid. ; Décollation de saint Jean-Baptiste, musée de Bâle) ; il aborde parfois la mythologie, celle-ci transmise par les romans du Moyen Âge plutôt que par l'érudition humaniste (Pyrame et Thisbé, le Jugement de Pâ [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Genève

Classification

Autres références

«  MANUEL DEUTSCH NIKLAUS (1484-1530)  » est également traité dans :

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 205 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Domaines germanique et scandinave »  : […] Dans les pays germaniques, Dürer, que ses recherches apparentent à la Renaissance, et Holbein, qui ne l'a pas ignorée, échappent à l'emprise maniériste. À cause de ses compositions mythologiques, prétextes à des compositions érotiques froides et raffinées, Cranach l'ancien a été associé au maniérisme, mais le canon de ses nus et leur angularité relèvent de la tradition gothique tardive que l'artis […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre VAISSE, « MANUEL DEUTSCH NIKLAUS - (1484-1530) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/niklaus-manuel-deutsch/