NICCOLO MAÎTRE (1re moitié XIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Trois séries d'inscriptions conçues dans des termes sensiblement identiques, l'une à la façade du dôme de Ferrare, la deuxième à celle du dôme de Vérone et la troisième à celle de l'église Saint-Zénon de Vérone, nous font connaître le nom d'un sculpteur nommé Nicolaus, que des annalistes tardifs croient pouvoir appeler Niccolo da Ficcarolo. La critique moderne s'est efforcée de reconstituer sa carrière : formé par Wiligelmo sur le chantier de la cathédrale de Modène, il aurait travaillé à Parme vers 1130 et aurait ensuite exécuté la porte Zodiaque à la Sagra de Saint- Michel de Cluse, en Piémont, où se lit effectivement le nom de Nicolaus. Vers 1135, il est à Ferrare où il décore le porche du dôme, achevé vraisemblablement avant 1141, puis à Vérone où il mène conjointement les travaux de la cathédrale et de Saint-Zénon, faisant œuvre sans doute à la fois d'architecte et de sculpteur. L'art de Niccolo représente l'apogée de la sculpture romane de la province d'Émilie. Il a beaucoup emprunté au vocabulaire décoratif de son maître Wiligelmo. Mais ses innovations sont notables : à Ferrare, on voit, pour la première fois sans doute, apparaître des figures sculptées aux piédroits du portail, selon une formule totalement indépendante de celle apparue vers la même date dans le nord de la France. Ses rapports avec l'art roman du Languedoc, de la Provence et même de l'ouest de la France sont certains, sans que l'on puisse cependant toujours préciser dans quel sens se sont exercées les influences. Ses disciples sont nombreux ; certains sont connus, comme Guillelmo et Pelegrino qui signèrent des œuvres à Vérone. D'autres, comme ceux qui travaillèrent à Plaisance et à Crémone, restent anonymes. Hors d'Émilie, on a cru retrouver la trace de l'influence de Niccolo à Embrun, à Carennac et même à Pécs, en Hongrie.

—  Jean-René GABORIT

Écrit par :

  • : conservateur général chargé du département des Sculptures, musée du Louvre

Classification

Autres références

«  NICCOLO MAÎTRE (1 re moitié XII e s.)  » est également traité dans :

ÉMILIE

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 2 411 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La route des pèlerinages »  : […] Au xiii e  siècle, rapporte E. Mâle, des jongleurs célébraient Olivier et Roland sur les places de Bologne. À partir du xi e  siècle, en effet, la poésie et l'art français ont pénétré en Italie avec les pèlerins, et c'est par l'antique chemin, la via Aemilia devenue « via Francigena », que se sont répandues les légendes épiques : au portail de Modène, Artus de Bretagne et ses compagnons chevauchen […] Lire la suite

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 510 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La sculpture monumentale »  : […] À la fin du xi e  siècle, c'est-à-dire au moment où apparaît l'église romane pleinement constituée, la sculpture met au point ses programmes iconographiques, ses formes et ses principes de composition. Cette coïncidence chronologique n'est pas fortuite : elle exprime l'interdépendance entre l'architecture et la sculpture, qui tient aux caractères mêmes du style. Les chapiteaux continuent à retenir […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-René GABORIT, « NICCOLO MAÎTRE (1re moitié XIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/niccolo-maitre/