Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NEUROSCIENCES COGNITIVES ET THÉORIE DE L'ESPRIT

L’inférence des états mentaux à partir d’indices contextuels

En l’absence ou en complément des indices cités ci-dessus, le contexte qui nous est décrit ou dont nous sommes directement témoins nous permet aussi de faire des inférences sur l’état mental d’une autre personne. En effet, les connaissances de la théorie de l’esprit renvoient à des principes universels selon lesquels l’esprit humain fonctionne. Par exemple, toute personne qui a vu un objet localisé en A et qui ensuite ne voit pas que celui-ci est déplacé en B aura développé une fausse croyance à propos de la localisation de cet objet. Nous pourrons ainsi prédire que, si la personne veut prendre l’objet, elle se dirigera vers A, même si ce n’est pas là qu’il se trouve réellement. Une des régions-clés du réseau cérébral de la théorie de l’esprit dans cette prise en compte des éléments du contexte lors de l’attribution d’états mentaux est la jonction temporo-pariétale.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteure en psychologie, professeure, université catholique de Louvain (Belgique)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Régions cérébrales impliquées dans la théorie de l’esprit

Régions cérébrales impliquées dans la théorie de l’esprit

Voir aussi