NÉO-LIBÉRALISME ou NÉOLIBÉRALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les régimes de croissance néo-libéraux

Dans de nombreuses régions du monde, les politiques néo-libérales ont contribué à consolider un régime de croissance macro-économique qualifié de néo-libéral. Au cœur de ce régime d'accumulation se trouve la redéfinition du partage salaire-profit en faveur des profits, à laquelle les politiques néo-libérales ont fortement contribué. En particulier, la réduction de la fiscalité pesant sur les entreprises, la désindexation des salaires sur les prix et une politique monétaire restrictive – les taux d'intérêt prohibitifs incitant au désendettement – ont autorisé ou incité les entreprises à restaurer leurs marges et leurs fonds propres. Ce mouvement n'a pas engendré une reprise significative de l'investissement et de l'emploi. Il a contribué à alimenter une épargne financière à caractère hautement spéculatif et extrêmement volatil.

Traits caractéristiques

Sur le plan micro-économique, les processus de croissance externe et de « financiarisation » des entreprises se sont développés, à la faveur de la dérégulation des marchés financiers. Les fusions-acquisitions-externalisations-restructurations ont pris la place des investissements de capacité. Sans créer d'activités nouvelles, en fusionnant des entreprises ou en en acquérant de nouvelles, les grands groupes se sont recentrés sur un noyau dur d'activités spécifiques restructurées, d'une façon semblable au schéma décrit par le modèle de « corporate governance » de Williamson (1985). Ils ont revendu ou externalisé leurs activités périphériques qu'ils gardent sous contrôle, notamment sous forme de sous-traitance. Ils mettent fortement en concurrence leurs petits fournisseurs. La norme de sanction du cours des actions des entreprises qui s'est affirmée sur les marchés financiers est devenue la valorisation à court terme de leurs fonds propres, dont le corollaire se matérialise par un ajustement à la baisse de la masse salariale. La contraction de l'emploi en est la principale conséquence lorsqu'une situation de croissance ralentie restreint les débouchés des entreprises.

Sur plan macro-économique, le régime de croissance est caractérisé par une inflation peu élevée, des taux d'investissement relativement bas et une consommation faible, alors que s'affirme une épargne excédentaire. Ces traits caractérisent l'économie européenne de la décennie 1990. Il en résulte une croissance structurellement faible et financièrement instable. Les marchés financiers sont certes dynamiques, mais ils sont menacés en permanence par un effondrement des cours, dû à un retournement des anticipations des gestionnaires de l'épargne, déplaçant leurs fonds d'une place financière à l'autre au jour le jour en fonction de critères de rentabilisation de très court terme. Cette volatilité est elle-même liée à une économie réelle où les perspectives des entreprises sont contraintes par un univers macro-économique ralenti.

Pérennité et disparité des zones économiques

Pour réelle qu'elle soit, la mondialisation néo-libérale, qu'il faut entendre plus exactement comme la mise en place de la mobilité parfaite des capitaux, a néanmoins maintenu une partition du monde économique en trois zones. Cette triade, pour reprendre l'expression de Kenichi Ohmae, délimite les zones d'influence de trois monnaies, le dollar, le yen et l'euro, elles-mêmes arrimées à trois sphères réelles définissant le continent américain, le continent asiatique et l'Union européenne. Chacune de ces trois zones possède ses caractéristiques spécifiques. Au-delà de l'enchaînement macro-économique idéal typique propre au régime central d'accumulation néo-libéral décrit ci-dessus (duquel le cas européen se rapproche le plus), chaque zone rencontre des difficultés de nature distincte.

Aux États-Unis, l'instabilité chronique d'un tel régime de croissance, compte tenu de la volatilité des capitaux, a été bien comprise par les autorités monétaires à partir de la fin des années 1980 et, plus précisément, depuis la réunion des cinq pays les plus industrialisés à l'hôtel Plaza à New York en 1985. Chaque signe d'essoufflement de l'activité fait systématiquement l'objet, depuis lors, d'une prévention de la part des autorités monétaires américaines, prenant la forme d'une baisse des taux d'intérêt. Cette dernière soutient la consommation et l'investissement, a fortiori aux États-Unis où les agents qui n'épargnent [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Courbe de Laffer, 2

Courbe de Laffer, 2
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Positions d'équilibre stable dans le modèle de Walras

Positions d'équilibre stable dans le modèle de Walras
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Oliver E. Williamson

Oliver E. Williamson
Crédits : University of California, Haas School of Business/ DR

photographie

Margaret Thatcher et Ronald Reagan, 1984

Margaret Thatcher et Ronald Reagan, 1984
Crédits : Wally McNamee/ CORBIS/ Corbis/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article

Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-I Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  NÉO-LIBÉRALISME ou NÉOLIBÉRALISME  » est également traité dans :

AGNOTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Mathias GIREL
  •  • 4 995 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Agnotologie, post-vérité et fake news »  : […] L’expression « post-vérité » – élue « mot de l’année 2016 » par l’ Oxford English Dictionary  – désigne une forme de circulation de l’information sans qu’intervienne un réel souci concernant sa véracité et sa validité. Il peut s’agir d’une circulation virale d’informations mal sourcées sur les réseaux sociaux, de reprise au premier degré d’éléments parodiques ou même parfois d’un visage nouveau de […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'économie allemande depuis la réunification

  • Écrit par 
  • Hans BRODERSEN
  •  • 6 021 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les deux républiques allemandes avant 1989 »  : […] Lorsque le Mur de Berlin s'effondre, la république fédérale d'Allemagne (RFA) à l'ouest est une économie de marché avancée et prospère. Elle dispose de nombreuses PME-PMI et de grands groupes internationaux, dont les produits et processus de fabrication sont soumis à une vive concurrence sur le marché mondial. Ces entreprises doivent en permanence s'adapter, se restructurer ou disparaître. Quaran […] Lire la suite

ALTERMONDIALISME

  • Écrit par 
  • Christophe AGUITON, 
  • Isabelle SOMMIER
  •  • 5 468 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des mobilisations contre la globalisation »  : […] En 1999, l'échec des négociations de l'O.M.C., qui lui est en partie attribué, insuffle au mouvement de contestation de la globalisation une dynamique d'expansion remarquable. L'année 2000 connaît presque mensuellement un rendez-vous protestataire – à l'occasion de la réunion de Davos, des rencontres internationales du F.M.I., de la Banque mondiale, des sommets européens ou du G8, ou encore, en Fr […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Évolution géopolitique

  • Écrit par 
  • Georges COUFFIGNAL
  •  • 7 479 mots

Dans le chapitre « Apparences trompeuses »  : […] Mais cette dominante d'élus de gauche ne signifie pas qu'un front politique homogène soit en voie de constitution, tant les différences sont grandes entre eux, sur quantité de points. Hugo Chávez dénonce de manière virulente le modèle néo-libéral et lance de grands projets sociaux de type « assistanciel » en faveur des plus démunis, mais il ne peut le faire que grâce au pétrole qu'il vend sur les […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « « Suivez-moi ! » »  : […] Durant les derniers mois de l'année 1988, au moment le plus fort de l'hyperinflation, Carlos Menem, le gouverneur péroniste de la province de La Rioja, au bagout impressionnant, fait campagne avec un slogan aussi imprécis que lapidaire : « Suivez-moi ! » Élu président avec 49,2 p. 100 des voix, il ne tarde pas à donner une orientation imprévue au péronisme qu'il assure vouloir moderniser de fond […] Lire la suite

ASSURANCE - Histoire et droit de l'assurance

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AUDINOT, 
  • Jacques GARNIER
  • , Universalis
  •  • 7 480 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le repli de l'État actionnaire »  : […] La première intervention de l'État dans l'assurance remonte au xix e  siècle, époque à laquelle les systèmes de retraite étaient inexistants et l'assurance vie très peu répandue, pour créer la Caisse nationale de prévoyance (C.N.P.). À l'origine (1850) établissement public, la C.N.P. a été transformée en 1992 en société anonyme appartenant au secteur public et rebaptisée CNP-Assurances. Par aille […] Lire la suite

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Vanessa CASTEJON, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  •  • 27 374 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Réformes et tensions : le Parti travailliste à l'épreuve du pouvoir »  : […] Cette situation profite à Gough Whitlam qui, à la fin de 1972, conduit le Parti travailliste au pouvoir, après vingt-trois ans d'absence. Dès son arrivée, il met en place un programme politique ambitieux, dont la mesure la plus forte est la création d'un système universel d'assurance-maladie (Medibank). En matière de politique étrangère et de défense, le gouvernement retire les troupes du Vietna […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La coalition « noire-bleue » »  : […] Lors des élections du 3 octobre 1999, le F.P.Ö. est devenu, avec 26,91 p. 100 des voix, le second parti du pays, devançant de 415 voix l'Ö.V.P. Contrairement à toutes les déclarations d'intention des conservateurs chrétiens lors de la campagne électorale, à la fin de janvier 2000, Wolfgang Schüssel opte pour une coalition gouvernementale avec le F.P.Ö. de Jörg Haider ; un seul responsable de l'Ö. […] Lire la suite

BIOPOLITIQUE (anthropologie)

  • Écrit par 
  • Frédéric KECK
  •  • 2 032 mots

Dans le chapitre « La question de la gouvernementalité »  : […] Par la suite, Foucault semble abandonner le concept de biopolitique pour étudier la formation de la gouvernementalité néo-libérale (Foucault, 2004). Il s’agit pour lui d’étudier comment la figure d’un individu gestionnaire de risques est apparue historiquement dans la réflexion libérale sur les limites du gouvernement. La circulation des vivants sur un territoire est, selon l’analyse des économis […] Lire la suite

CHANGE - Les régimes de change

  • Écrit par 
  • Patrick ARTUS
  •  • 6 880 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Vers quel système monétaire international ? »  : […] Il semble que la réflexion et l'observation des évolutions passées devraient conduire à adopter les comportements suivants : – Limiter la fixité stricte (union monétaire, currency boards ) à des groupes de pays cohérents, faisant entre eux l'essentiel de leur commerce, et décidés à coordonner les politiques autres que les politiques monétaires. – Conseiller aux autres pays une flexibilité contrôlé […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Liêm HOANG NGOC, « NÉO-LIBÉRALISME ou NÉOLIBÉRALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-liberalisme-ou-neoliberalisme/