NÉO-LIBÉRALISME ou NÉOLIBÉRALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les politiques économiques néo-libérales

Les considérations théoriques précédentes se retrouvent parfois dans l'argumentaire explicatif des politiques libérales à l'œuvre dans les deux dernières décennies du xxe siècle. Ces politiques ont reconnu la nécessité d'une ouverture des marchés de capitaux et, dans une moindre mesure, celle d'une ouverture du marché des biens et du marché du travail.

L'objectif des politiques néo-libérales est de créer un environnement propice à l'afflux des mouvements de capitaux, source d'épargne disponible pour l'investissement. Les facteurs réputés susceptibles de créer un tel environnement sont présentés comme devant être les suivants : réduction du poids de l'État pour faire baisser les impôts, contrôle strict de l'évolution de la masse monétaire pour prévenir les anticipations inflationnistes, privatisation des monopoles publics pour asseoir des structures de droits de propriété capitalistes sur des marchés rendus concurrentiels, abaissement du coût du travail pour réduire le chômage structurel. Tels furent les piliers des politiques néo-libérales qui se sont affirmées, avec des variantes selon les pays, durant les décennies de 1980 et de 1990.

Parallèlement, dans le débat théorique, l'économie de l'offre a justifié la réduction des dépenses publiques. Le monétarisme s'est imposé dans l'argumentaire des politiques de lutte contre l'inflation. Les modèles néo-walrasiens ont fourni les hypothèses favorables à la réduction du coût du travail. Les théories néo-institutionnalistes ont expliqué les fusions-acquisitions des grands groupes en termes d'efficience organisationnelle.

En apparence cohérentes, les politiques néo-libérales n'ont pas toujours atteint leurs objectifs, elles se sont même avérées contradictoires les unes avec les autres lorsqu'elles furent appliquées simultanément.

Les expériences américaine et britannique

Sous le premier mandat du président Reagan (1981-1984), les États-Unis ont ainsi éprouvé les difficultés de mener simultanément une politique monétariste en matière monétaire et une réduction des impôts obéissant aux préceptes des théories de l'offre. Les effets pervers du monétarisme se sont manifestés par une monnaie trop forte et des taux d'intérêt exorbitants qui, même s'ils ont attiré l'épargne spéculative mondiale, n'en ont pas moins déprimé l'investissement, les exportations, la croissance et l'emploi. Du coup, les rentrées fiscales firent défaut, d'autant que les baisses d'impôts bénéficiant aux entreprises et aux épargnants ne produisirent aucun effet, si ce n'est un creusement du déficit budgétaire.

Quant à la Grande-Bretagne, elle appliqua une politique monétaire similaire durant le premier mandat de Margaret Thatcher (1979-1983), qui avait choisi de retarder les baisses d'impôt pour ne pas creuser le déficit public. La croissance n'en fut pas moins contrainte par des taux d'intérêt excessifs et une monnaie surévaluée, ce qui provoqua la persistance d'un chômage important et ne permit pas d'enrayer le déclin industriel britannique, malgré la privatisation de nombreux monopoles publics.

Margaret Thatcher et Ronald Reagan, 1984

Photographie : Margaret Thatcher et Ronald Reagan, 1984

Les élections de Margaret Thatcher en mai 1979 et de Ronald Reagan en novembre 1980 marquent l'entrée en application des premières politiques se réclamant des principes économiques néo-libéraux. 

Crédits : Wally McNamee/ CORBIS/ Corbis/ Getty Images

Afficher

L'Union européenne

La plupart des pays membres de l'actuelle Union économique et monétaire (U.E.M.) adoptaient également durant la première moitié de la décennie 1990 la combinaison d'une politique monétaire restrictive et d'une politique budgétaire de réduction conjointe des dépenses publiques et des impôts. Dans le même temps, des directives structurelles assuraient la mise en œuvre de marchés concurrentiels : libéralisation des marchés de capitaux, harmonisation des conditions de la concurrence sur le marché des biens, incitations à la flexibilité des salaires et de l'emploi sur le marché du travail pour lutter contre le chômage.

Les difficultés rencontrées par les pays européens pour réduire le chômage et faire face au creusement des déficits sont essentiellement liées à une situation de croissance ralentie due à un processus de même nature que dans les cas anglo-saxons du début de la décennie 1980. La désinflation, la stabilité des monnaies européennes, des taux d'intérêt attractifs ont favorisé les placements financiers, mais ils ont réduit la demande de biens d'investissement et de consommation et désavantagé les industries exportatrices. La croissance atteignant alors rarement son taux potentiel (c'est-à-dire le taux de croissance permis par les capacités de production disponi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Courbe de Laffer, 2

Courbe de Laffer, 2
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Positions d'équilibre stable dans le modèle de Walras

Positions d'équilibre stable dans le modèle de Walras
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Oliver E. Williamson

Oliver E. Williamson
Crédits : University of California, Haas School of Business/ DR

photographie

Margaret Thatcher et Ronald Reagan, 1984

Margaret Thatcher et Ronald Reagan, 1984
Crédits : Wally McNamee/ CORBIS/ Corbis/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-I Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  NÉO-LIBÉRALISME ou NÉOLIBÉRALISME  » est également traité dans :

AGNOTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Mathias GIREL
  •  • 4 995 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Agnotologie, post-vérité et fake news »  : […] L’expression « post-vérité » – élue « mot de l’année 2016 » par l’ Oxford English Dictionary  – désigne une forme de circulation de l’information sans qu’intervienne un réel souci concernant sa véracité et sa validité. Il peut s’agir d’une circulation virale d’informations mal sourcées sur les réseaux sociaux, de reprise au premier degré d’éléments parodiques ou même parfois d’un visage nouveau de […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'économie allemande depuis la réunification

  • Écrit par 
  • Hans BRODERSEN
  •  • 6 021 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les deux républiques allemandes avant 1989 »  : […] Lorsque le Mur de Berlin s'effondre, la république fédérale d'Allemagne (RFA) à l'ouest est une économie de marché avancée et prospère. Elle dispose de nombreuses PME-PMI et de grands groupes internationaux, dont les produits et processus de fabrication sont soumis à une vive concurrence sur le marché mondial. Ces entreprises doivent en permanence s'adapter, se restructurer ou disparaître. Quaran […] Lire la suite

ALTERMONDIALISME

  • Écrit par 
  • Christophe AGUITON, 
  • Isabelle SOMMIER
  •  • 5 468 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des mobilisations contre la globalisation »  : […] En 1999, l'échec des négociations de l'O.M.C., qui lui est en partie attribué, insuffle au mouvement de contestation de la globalisation une dynamique d'expansion remarquable. L'année 2000 connaît presque mensuellement un rendez-vous protestataire – à l'occasion de la réunion de Davos, des rencontres internationales du F.M.I., de la Banque mondiale, des sommets européens ou du G8, ou encore, en Fr […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Évolution géopolitique

  • Écrit par 
  • Georges COUFFIGNAL
  •  • 7 479 mots

Dans le chapitre « Apparences trompeuses »  : […] Mais cette dominante d'élus de gauche ne signifie pas qu'un front politique homogène soit en voie de constitution, tant les différences sont grandes entre eux, sur quantité de points. Hugo Chávez dénonce de manière virulente le modèle néo-libéral et lance de grands projets sociaux de type « assistanciel » en faveur des plus démunis, mais il ne peut le faire que grâce au pétrole qu'il vend sur les […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « « Suivez-moi ! » »  : […] Durant les derniers mois de l'année 1988, au moment le plus fort de l'hyperinflation, Carlos Menem, le gouverneur péroniste de la province de La Rioja, au bagout impressionnant, fait campagne avec un slogan aussi imprécis que lapidaire : « Suivez-moi ! » Élu président avec 49,2 p. 100 des voix, il ne tarde pas à donner une orientation imprévue au péronisme qu'il assure vouloir moderniser de fond […] Lire la suite

ASSURANCE - Histoire et droit de l'assurance

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AUDINOT, 
  • Jacques GARNIER
  • , Universalis
  •  • 7 480 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le repli de l'État actionnaire »  : […] La première intervention de l'État dans l'assurance remonte au xix e  siècle, époque à laquelle les systèmes de retraite étaient inexistants et l'assurance vie très peu répandue, pour créer la Caisse nationale de prévoyance (C.N.P.). À l'origine (1850) établissement public, la C.N.P. a été transformée en 1992 en société anonyme appartenant au secteur public et rebaptisée CNP-Assurances. Par aille […] Lire la suite

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Vanessa CASTEJON, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  •  • 27 374 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Réformes et tensions : le Parti travailliste à l'épreuve du pouvoir »  : […] Cette situation profite à Gough Whitlam qui, à la fin de 1972, conduit le Parti travailliste au pouvoir, après vingt-trois ans d'absence. Dès son arrivée, il met en place un programme politique ambitieux, dont la mesure la plus forte est la création d'un système universel d'assurance-maladie (Medibank). En matière de politique étrangère et de défense, le gouvernement retire les troupes du Vietna […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La coalition « noire-bleue » »  : […] Lors des élections du 3 octobre 1999, le F.P.Ö. est devenu, avec 26,91 p. 100 des voix, le second parti du pays, devançant de 415 voix l'Ö.V.P. Contrairement à toutes les déclarations d'intention des conservateurs chrétiens lors de la campagne électorale, à la fin de janvier 2000, Wolfgang Schüssel opte pour une coalition gouvernementale avec le F.P.Ö. de Jörg Haider ; un seul responsable de l'Ö. […] Lire la suite

BIOPOLITIQUE (anthropologie)

  • Écrit par 
  • Frédéric KECK
  •  • 2 032 mots

Dans le chapitre « La question de la gouvernementalité »  : […] Par la suite, Foucault semble abandonner le concept de biopolitique pour étudier la formation de la gouvernementalité néo-libérale (Foucault, 2004). Il s’agit pour lui d’étudier comment la figure d’un individu gestionnaire de risques est apparue historiquement dans la réflexion libérale sur les limites du gouvernement. La circulation des vivants sur un territoire est, selon l’analyse des économis […] Lire la suite

CHANGE - Les régimes de change

  • Écrit par 
  • Patrick ARTUS
  •  • 6 880 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Vers quel système monétaire international ? »  : […] Il semble que la réflexion et l'observation des évolutions passées devraient conduire à adopter les comportements suivants : – Limiter la fixité stricte (union monétaire, currency boards ) à des groupes de pays cohérents, faisant entre eux l'essentiel de leur commerce, et décidés à coordonner les politiques autres que les politiques monétaires. – Conseiller aux autres pays une flexibilité contrôlé […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Liêm HOANG NGOC, « NÉO-LIBÉRALISME ou NÉOLIBÉRALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-liberalisme-ou-neoliberalisme/