NADJA, André BretonFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lorsque paraît Nadja en mai 1928, André Breton (1896-1966) est une des figures les plus reconnues de l'avant-garde poétique en France. Depuis 1924, la biographie du poète et théoricien du surréalisme en est venue à se confondre, pratiquement, avec le surréalisme même. D'où une condition dès sa parution particulière, faite à cette œuvre inassignable et déroutante : le manifeste qu'elle paraît constituer a parfois occulté son autonomie de lecture, et beaucoup s'en sont tenus, dès la parution, aux deux énoncés qui ouvrent et ferment le volume : « Qui suis-je ? » et « La beauté sera CONVULSIVE ou ne sera pas ».

Le récit d'une rencontre

Le plan de Nadja est clair, et suit avec détermination une conduite sans cesse commentée de procès-verbal : un préambule naît de l'interrogation initiale (Qui suis-je ?). Puis, par des séquences de « glissades » et de « précipices », à travers Hugo, Flaubert, Eluard, ou les peintres Courbet et Chirico, des épisodes anciens sont évoqués, avant que le « point de départ » véritable soit indiqué, dans le récit (hôtel des Grands-Hommes) ou dans sa rédaction (au manoir d'Ango, près de Varengeville-sur-Mer)... Suit l'histoire de Nadja, d'abord journal des rencontres, depuis octobre 1926, avec une « créature toujours inspirée et inspirante », perdue et prostituée et cependant médium triomphante comme la Monelle de Marcel Schwob (Le Livre de Monelle, 1895). À l'appui sont fournis documents, éléments de conversations, fragments de lettres, dessins, photographies de ses yeux de « fougère », comme une justification du nom que Nadja s'est choisi et une garantie de renonciation au mythe de la fiction. La déception arrive, puis la séparation : « On est venu, il y a quelques mois, m'apprendre que Nadja était folle. À la suite d'excentricités auxquelles elle s'était, paraît-il, livrée dans les couloirs de son hôtel, elle avait dû être internée à l'asile de Vaucluse. » À la question douloureuse de la responsabilité collective, sociale, personnelle de cet internement, le récit précis des étapes de la séparation entre la fin août et la fin décembre app [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Pau et des pays de l'Adour, faculté de Bayonne

Classification


Autres références

«  NADJA, André Breton  » est également traité dans :

BRETON ANDRÉ - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 683 mots

1928 Publication de Le Surréalisme et la peinture, puis de Nadja. Breton et Simone Kahn se séparent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/breton-reperes-chronologiques/#i_25176

SURRÉALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ, 
  • Pierre DUBRUNQUEZ
  •  • 11 401 mots

Dans le chapitre « Le hasard objectif »  : […] qu'engendrent les rencontres ne se limite pas à eux. Elle pénètre notre vie tout entière, et les œuvres de Breton abondent en exemples de ces « signes », venus on ne sait d'où, de ce que, dans Nadja, il appelle les « pétrifiantes coïncidences ». Ainsi, Breton est assis, avec Nadja, place Dauphine. Le regard de Nadja fait « le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-histoire/#i_25176

Pour citer l’article

Pierre VILAR, « NADJA, André Breton - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nadja/