KROCHMAL NA'HMAN (1785-1840)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Érudit et philosophe juif, Nachman Krochmal est né le 17 février 1785 à Brody et mort le 31 juillet 1840 à Tarnopol, ville de la province de Galicie, au sein de l'empire d'Autriche-Hongrie (auj. en Ukraine).

Marié à l'âge de quatorze ans selon la coutume de son temps, Nachman Krochmal, également connu sous le nom de Ranak (acronyme de rabbi Nachman Krochmal), s'installe chez son riche beau-père. Il passe les dix années suivantes à dévorer les écrits d'auteurs tels Moïse Maimonide, grand penseur juif du Moyen Âge dont le Mōreh ha-Nebūkhim (« Guide des égarés ») lui inspirera plus tard son propre traité philosophique, la littérature hébraïque, les philosophes allemands – tout particulièrement Hegel et Kant – et les textes touchant au domaine de l'histoire séculière.

Krochmal ne publie que quelques essais de son vivant. Son Moreh nebukhe ha-zeman (1851, « Guide des égarés de notre temps »), inachevé au moment de sa mort, sera publié à titre posthume par le grand intellectuel juif Leopold Zunz (1794-1886). Comme Maimonide avant lui, Krochmal cherche à réconcilier les traditions religieuses du judaïsme avec les connaissances laïques du monde moderne, s'inscrivant ainsi dans le mouvement de la Haskala. Pour cela, il pense qu'il est nécessaire d'identifier l'esprit du judaïsme à travers ses manifestations historiques, littéraires, religieuses et philosophiques. L'une des conséquences majeures de son travail est d'avoir changé la perception du judaïsme, passant ainsi du concept abstrait de messianisme religieux à l'expression concrète des activités propres à la culture du peuple juif.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  KROCHMAL NA'HMAN (1785-1840)  » est également traité dans :

JUDAÏSME - Le judaïsme contemporain

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 2 687 mots

Dans le chapitre « Le courant conservateur »  : […] Entre la réforme et l'orthodoxie, la tendance du judaïsme conservateur apparut, elle aussi, en Allemagne au xix e  siècle, mais elle prit forme en Amérique un peu plus tard (notamment avec la fondation du Jewish Theological Seminary par Solomon Schechter à New York en 1886). Reprochant au judaïsme réformé de demeurer trop expérimental et de ne pou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-le-judaisme-contemporain/#i_36856

TŌRAH

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 2 855 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Tōrah et la critique moderne »  : […] L'ouverture des juifs à la culture occidentale et leur progressive émancipation provoquèrent chez les penseurs juifs une nouvelle attitude à l'égard de la Tōrah. Spinoza fut, à travers son Tractatus theologico-politicus (1670), l'un des fondateurs de la critique biblique. Le philosophe d'Amsterdam ne vit plus dans la Tōrah qu'un pur traité politique destiné à l'État des Hébre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/torah/#i_36856

Pour citer l’article

« KROCHMAL NA'HMAN - (1785-1840) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/na-hman-krochmal/